LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Archive for the ‘Tourisme’ Category

De la piscine au Centre Nautique : ce qui change c’est le prix

with 11 comments

Le complexe aquatique « Diabolo » ouvrira ses portes le 4 juillet à midi. Les bassins ont été mis en eau, comme le montre l’album photo du chantier. Et les tarifs d’accès publiés.

Ces tarifs répondent bien à la question que nous nous posions il y a 4 ans, lors de l’annonce du projet. L’entrée est à 3,50 euros pour les enfants (3 à 15 ans – pourquoi 15 d’ailleurs ? Pourquoi pas 18 ans ? les enfants ont-ils plus de revenus à partir de 15 ans ?) et à 4,5 euros pour les adultes – habitants la communauté de commune de Bourg-de-Péage (c’est un peu plus cher pour les autres). L’ancienne piscine publique était à 1,10 euros pour les enfants et 2,20 euros pour les adultes. Le Centre Aquatique de Saint-Vallier (qui est sur le même modèle que Diabolo) est symboliquement moins cher à 3,40 pour les enfants et à 4,20 pour les adultes.

Bien sûr, Diabolo propose des activités que ne proposait pas l’ancienne piscine de Bourg-de-Péage (toboggans…). Mais tout de même. Pour aller à la piscine en famille, il nous en coûtait 7,7 euros pour la journée. Désormais, il faudra dépenser 19,5 euros. Le calcul est simple. Nous irons 2,5 fois moins souvent. En dépensant la même somme, plutôt que d’y aller 3 jours, les gens ne pourront plus y aller qu’un jour sur trois.

A priori, aucune liaison en bus ne semble avoir été mise en place, ni un accès par piste cyclable continu depuis Romans ou Bourg-de-Péage. Visiblement, ce ne sont ni les Romanais ni les Péageois qu’on attend au Centre aquatique Diabolo.

On peut prédire un beau succès pour la piscine Caneton cet été qui avec un tarif d’entrée enfant à 1,40 euros (3,20 pour les adultes) devrait être remplie d’enfants tout l’été (la piscine extérieure Diderot et celle d’été du centre de Bourg-de-Péage ayant été fermées).

J’espère qu’à la fin de l’été on nous communiquera les statistiques de fréquentation de l’établissement (et notamment la proportion par lieu d’habitation et par âge) et qu’on pourra la comparer avec celle de Caneton – voir avec celle de l’ancienne piscine de Bourg-de-Péage -, pour dresser un premier bilan de cette exploitation et voir par sa fréquentation si elle répond aux besoins des gens de la Communauté de commune – ou si elle dessert d’autres usagers.

On souhaite à Diabolo un vrai succès, mais on aurait aimé un vrai effort sur les tarifs d’accueil. La piscine publique est un espace de partage populaire. C’est souvent l’une des seules distractions d’été des familles les plus simples, des enfants qui ne font ni activités ni vacances. Et ce que ce projet leur propose, c’est d’abord et avant tout d’y aller moins souvent.

Pour ceux qui cherchent d’autres piscines publiques dans la Drôme.

Written by leromanais

7 juin 2012 at 11 h 04 mi

Romans Tourisme, pour aller où ?

leave a comment »

L’Office de tourisme de Romans et de Bourg-de-Péage se sont associés – c’est un évènement – pour créer un site touristique en ligne pour promouvoir notre pays : Romans-Tourisme. Le site est plutôt réussi et agréable à naviguer… Mais contrairement aux apparences, je ne suis pas certain qu’il facilite complètement la vie des touristes.

romanstourisme.jpg

Le site utilise les cartes de Google pour repérer les emplacements des hôtels ou des évènements. La localisation est effectivement très utile, mais on ne peut accéder à ces cartes en dehors du site : elles ne sont pas référencées dans les contenus des utilisateurs de Google Maps et surtout, on ne peut pas les imprimer ! Pouvoir imprimer, envoyer une adresse ou l’enregistrer dans ses cartes sont pourtant les premières fonctions que l’on recherche (surtout quand demain Google va permettre de faire des exports d’adresse pour son navigateur GPS !). Ce n’est certainement pas grand chose à ajouter, mais voilà qui sera plus utile que le « Carnet de voyage » interne au site, qui ne permet pas de glisser les évènements ou les lieux qu’on repère sur ses propres applications (que n’avons-nous besoin d’une application supplémentaire, propre à un site sur lequel, 90 % des touristes ne reviendrons pas une fois passés ?). Même chose pour le calendrier d’évènement : à quoi sert un calendrier d’évènements s’il ne propose pas de modules d’exports (RSS, iCal, Microformats), permettant aux gens d’intégrer les évènements dans leurs propres agendas ?

Dans le même ordre d’idées, le site – malgré ses airs 2.0 avec ses cartes -, est très loin d’être un site participatif. Pas même des liens vers les images d’internautes de Panoramio de Romans (qui nourrit Google Earth), FlickR ou d’autres bases de photos, qui donneraient plus de richesse aux paysages de notre pays, qu’avec la douzaine de photos des seuls photographes officiels des deux villes. On regrettera également qu’il n’y ait pas plus de contenus interactifs proposés aux touristes, pour qu’ils rendent compte de ce qui leur a plu ou déplu (hum, qu’il est dur pour une collectivité de s’atteler aux avis extérieurs ! Surtout que les commentaires négatifs vont être la cible de récriminations des professionnels référencés, j’ai bien peur que les collectivités ne s’y risquent jamais vraiment). Google a encore de beaux jours devant lui. Assurément, pour un professionnel, il faudra surtout veiller à bien être référencé sur Goole Maps plus que sur cette carte là…

Il manque certainement aussi à mon goût, des itinéraires, qui seraient un plus appréciable. Référencer des points sur une carte, c’est très bien, mais on voudrait aussi pouvoir accéder à de vrais itinéraires de randonnées (thématiques peut-être) qui permettraient de mixer des contenus différents. Plutôt que d’avoir un seul point pour désigner un itinéraire (comme ici par exemple), on voudrait que la carte nous offre tout le chemin à faire, détail les choses remarquables… De même on voudrait pouvoir créer sa carte d’itinéraires (en faisant ses sélections : shopping, musées, artisanat, restaurant…) ou accéder à des cartes d’itinéraires déjà créées et pas seulement à des points uniques sur des cartes, comme le permet Google Maps (voir cette carte de balades autour de Romans). Bref, au moins pouvoir créer ses propres cartes depuis les contenus proposés.

Bien sûr, comme dans la plupart de ce type de projet, les bases de données qui servent à l’information, ne sont pas accessibles autrement que sur le site, pas plus qu’elles ne sont à jour ou complètes (cherchez librairie dans la catégorie shoppping par exemple, vous verrez qu’il en manque plusieurs ;-). C’est hélas assez normal : il est difficile pour les acteurs publics de maintenir des bases de données à jour – et ce sera difficile pour eux tant qu’ils voudront rester seuls maître de l’information… Il n’en reste pas moins que dans de nombreuses catégories, l’information est plutôt riche – même si elle est incomplètes : alors n’hésitez pas à vous y signaler, si votre activité n’est pas référencée).

Le plus dur reste enfin le référencement d’un tel site. Si sur les termes Romans et Tourisme, le site sort bien placé (4e position), il est inexistant sur la plupart des autres mots clefs du secteur associé à Romans (Hôtel, restaurant, chambre d’hôtes, séjour, sortie…) ou des acteurs locaux, avec leur propres sites, se positionnent souvent beaucoup mieux. Sans actualités sur le site (sans fil RSS, sans moteurs pour attirer les contenus, sans actualité régulières (qui sont la nourriture technique de Google), on sait que cela sera difficile à faire progresser). Espérons que ce billet y contribuera ;-).

PS : Je voudrais juste en profiter pour signaler quelques Google Maps romanaises intéressantes :
celle de l’internet à très haut débit.
celle du Romans historique
celle de CitéBus
celle de balades autour de Romans
celle de bienvenue à Romans

Vous en connaissez d’autres ?

Written by leromanais

25 mars 2009 at 13 h 06 mi

Publié dans Internet, Tourisme

Un centre nautique pour qui ?

with 10 comments

C’est l’été. Le temps des baignades. Pas facile pourtant de trouver une piscine publique autour de chez nous. A Romans, la piscine Caneton est fermée (la piscine Diderot, en extérieur, et Triboulet, en intérieur, fonctionnent). A Valence, la piscine extérieure Jean Bouin est fermée (les 3 autres, couvertes, fonctionnent). Même schéma, même disette. Reste les piscines extérieures de Bourg-de-Péage et de Chabeuil (qui ne sont ouvertes que l’été)… Celle de Saint-Vallier ou de Saint-Jean-en-Royans qui sont tout de même plus éloignées. Rien à Saint-Marcel ou Chateauneuf-sur-Isère. Autant dire qu’on a l’impression que nos élus ont été un peu légers. Un peu légers à prévoir les besoins, à anticiper les renouvellements d’équipements. Autant dire que notre territoire souffre d’un réel déficit d’équipement en la matière.

La Communauté de commune de Bourg-de-Péage réfléchit depuis plusieurs mois à construire un nouvel équipement. Le projet est en train de voir le jour et devrait être voté dans les prochaines semaines. C’est un beau projet de complexe nautique qui s’adressera à tous : aux scolaires (les scolaires – écoles et collèges – des communes du canton de Bourg-de-Péage n’ont pas accès à une piscine hormis celle de BDP, en extérieur, et qui n’est accessible qu’en juin, juillet et août et, si le temps est mauvais, comme cela a été le cas cette année… pas question d’apprendre à nager à l’école), aux associations (clubs de natation…), au grand public et qui souhaite drainer également une clientèle de séjour.

Le projet est plutôt séduisant, il s’agit d’un véritable complexe nautique qui comprendra piscines mais aussi toboggans (on dit pentagliss), espace de pique-nique extérieur, beach soccer (une petite sable de plage comme l’espérait Thomas), jeux d’eau, plages extérieures… Ainsi qu’un espace aquafitness (SPA, Sauna, Hamman), géré par le service public et un espace « musculation »/fitness qui sera vendu au privé. Au final, le complexe devrait être à la fois un espace ludique et sportif, à l’image de l’espace loisir de Villards-de-Lans, mais en un peu plus grand, plus ambitieux… Un projet qui devrait créer 8 emplois et ouvrir d’ici l’été 2011.

Très bien me direz-vous. Oui. Presque. Mais il y a 3 questions que ce projet me pose alors qu’il devrait être voté dans les prochaines semaines.

Son emplacement. Visiblement, nos élus ont choisi. Ca sera ici. A la sortie de Bourg-de-Péage, vers l’Hôtel Formule 1, de l’autre côté de l’autoroute (super, ça ne nous changera pas trop, la piscine de BDP jouxte déjà le boulevard Alpes-Provence avec son charmant bruit de fond de circulation continue qui profite à la tranquilité des baigneurs).

Un emplacement qui pour ma part me pose question du fait de son éloignement du centre ville de Romans et BDP. Personne ne pourra s’y rendre à pied. Remonter toute le boulevard Alpes-Provence et son flot de voiture, le fait que le centre soit à plus de 200 m de toute habitation laisse à penser que personne ne pourra ni ne voudra s’y rendre à pied, même les scolaires (vous connaissez la règle des 200 mètres qui dit que dès qu’on à plus de 200 mètres à faire, on choisisse sa voiture plutôt que ses pieds). Il faut compter 1,5 km pour se rendre à l’entrée de Bourg-de-Péage, au pied du Bois-des-Naix. Ne comptons pas non plus nous y rendre en vélo. Monter la côte du boulevard Alpes-Provence en vélo, en famille, est un exploit sportif, pas tant physique que de stress, puisqu’il faut y cotoyer un flot de circulation assez dense et étroit (mais peut-être que ce sera l’occasion de créer une piste cyclable pour nous y rendre ?) Sans compter que grimper la côte reste, d’où qu’on la prenne, difficile. Pour nous y rendre, il nous faudra donc prendre le bus ou la voiture. Cet emplacement excentré ne me convainc pas pour ma part. On aurait préféré quelque chose de plus central. La piscine est un équipement de proximité pour les habitants. Pourquoi n’avoir pas choisit l’emplacement de l’actuelle piscine ? Ou un espace entre entre Bourg-de-Péage et Pizançon ? Ou alors, quitte à l’excentrer, pourquoi ne pas faire le pari de la campagne péageoise, ou de Chatuzange, qui est la ville qui se développe le plus dans la communauté de communes ? En tout cas, l’accès à cet équipement me semble dès à présent poser problème et nécessiter, bien avant sa construction une vraie réflexion et surtout des vrais engagements.

Son bassin de recrutement. Le fonctionnement du complexe, pour l’instant, est calculé sur la seule communauté de commune de Bourg-de-Péage. Oui. Oui, vous avez bien compris, on a calculé et évalué le fonctionnement de ce centre sans prendre en compte ni les habitants de la ville de Romans ni ceux de la Communauté de commune de Romans… Le potentiel, le coût de fonctionnement (et derrière le coût de chaque entrée), les capacités, sont calculées par rapport à 30 000 personnes et pas 60 à 80 000. Ni Romans, ni la communauté de commune de Romans n’ont été consultées ou associées. On continue à faire comme par le passé. Comme si les Romanais n’allaient pas utiliser cet équipement (c’est peut-être pour cela qu’on veut le mettre si loin d’eux) ! Peut-être faudra-t-il qu’on arrête les bus qui arrivent de Romans et qui s’y rendront pour que les Romanais n’aient pas le droit d’y aller ?

Oui, on ne prend pas en compte le déficit de piscine de l’autre côté de l’Isère ou sur la plaine Valentinoise, comme si on ne voulait pas voir, que, dès cet été pourtant, la piscine de BDP ou la piscine Diderot à Romans sont pleines à craquer, qu’on n’a pas même la place de nager dans le petit bassin tant le public est nombreux. Va-t-on avoir, comme quand on utilise la bibliothèque de Romans venant de BDP un tarif différent pour les utilisateurs qui ne sont pas du canton de BDP ? Quand on voit ce genre de projet, on pourrait tout à fait le croire. Messieurs nos élus, quand est-ce que vous allez arrêter ce genre d’âneries ?

Sa complémentarité. Vous l’aurez compris, la troisième question est de savoir que sera-t-il fait de la piscine d’été de Bourg-de-Péage. Sera-t-elle supprimée, comme cela semble devoir être le cas ? Pourquoi ? A cause de sa vétusté (pour ma part, je la trouve encore tout à fait agréable et fonctionnelle) ? Pour ne pas faire concurrence au nouveau centre nautique (alors qu’on manque de piscine sur notre territoire ?) Ne peut-on pas imaginer qu’il y ait des publics et des besoins différents ? Je suppose que le prix d’entrée de ce complexe (avec tout ce qu’il propose), ne sera pas le même que celui de la piscine d’été de Bourg-de-Péage ou que celles de Romans. Est-ce une piscine de riche qu’on nous construit, comme celle de Villard de Lans (entrée à 4,8 euros pour les enfants et 5,10 euros pour les adultes contre 1,5 euros à 2 euros à BDP actuellement) ? Bien évidemment, si la piscine de BDP est maintenue, il est plus difficile de justifier l’emplacement du centre nautique sur BDP. Ceci compte aussi certainement un peu dans la perspective, de voir la piscine d’été de BDP démolie.

Peut-on penser que son côté excentré va permettre de drainer du public de passage vers nos commerces ? J’aurais plutôt tendance à reprendre directement l’autoroute plutôt que de faire un détour par BDP ou Romans pour ma part, comme son emplacement actuel le laisse supposer ?

Quel autre emplacement serait possible ? Faut-il fermer la piscine de BDP ? Et surtout, plus encore, pourrait-on demander à nos élus de revoir leurs chiffres, de prendre en compte, non pas la réalité des frontières territoriales, mais la réalité des usages territoriaux, des habitants qui y vivent. Vos guerres intestines nous fatiguent d’autant plus que c’est nous qui les payeront. Ce qui est sûr, c’est qu’on voudrait bien avoir des éclaircissements avant que vous ne preniez la décision, ça nous changerait.

PS : je n’ai pas parlé du coût de l’opération. Il est évalué à quelques 10 millions d’euros : 5 millions venant de « subventions » (Conseil général, Etat…), l’autre moitié à charge de la Communauté de commune de BDP (dont 3 millions d’emprunts).

Written by leromanais

15 juillet 2008 at 13 h 47 mi

Les défis du tourisme en Rhône-Alpes

leave a comment »

Le Conseil Régional Rhône-Alpes a décidé, en 2006, d’élaborer un Schéma Régional de Développement du Tourisme et des Loisirs (SRDTL). Le but est de permettre à ce secteur de faire face aux évolutions à venir, de proposer des stratégies pour le futur en prenant en compte les évolutions récentes liées notamment à l’utilisation de l’internet.

Ce schéma s’appuie sur un synthétique diagnostique (.ppt) (s’appuyant lui-même sur le travail de la Mission d’ingénierie touristique Rhône-Alpes) qui se conclut, après avoir souligné un certain nombre de défi (remettre à niveau l’offre touristique, professionnaliser et mettre en réseau les acteurs, Réaliser de véritables pôles de développement touristique durables, Concrétiser la réalisation de projets innovant à effet de levier…), sur la volonté, pour la Région, de remettre à plat ses interventions financières et en ingénierie en, je cite de « renoncer à une politique de saupoudrage des interventions publiques et de financer prioritairement les projets ayant une influence sur l’économie touristique et étant conformes à une philosophie de développement durable et d’efficacité sociale. ».

Voila qui devrait intéresser non seulement les élus, mais aussi bien des professionnels. En attendant les réformes, vous pouvez aller faire un rapide tour sur l’Office de tourisme régional, dont on peut se demander la portée (et dont le moteur d’hébergement et d’événement à l’air en piteux état). Ah, les joies du centralisme touristique…

Pour ceux qui souhaitent porter un débat ou des idées sur ce sujet qui en a bien besoin, surtout quand on constate que la Drôme est le plus mauvais élève en matière de tourisme dans notre région, une réunion publique a lieu mardi 12 décembre à Valence.

Written by leromanais

5 décembre 2006 at 23 h 14 mi

Publié dans Actualité, Economie, Tourisme

Restaurants, chambre d’hôtes et hôtels romanais

with 3 comments

Pour la seconde réunion de l’AIR, qui a lieu lundi soir et dont l’ordre du jour est plutôt chargé, nous cherchons un restaurant sympa et pas trop cher sur Romans ou alentours, ouvert le lundi soir. Je dois reconnaître que je suis plutôt casanier et que je connais peu les restaurants du coin – je fréquente plutôt des restaurants parisiens, désolé. Difficile donc de savoir où aller. Même remarque pour les chambres d’hôtes et les hôtels romanais, à l’approche du Festival, on commence déjà à me demander où il faut aller, si je connais une maison d’hôte sympa, un hôtel pas trop cher…

Lire le reste de cette entrée »

Written by leromanais

9 novembre 2006 at 23 h 23 mi

Publié dans Tourisme