LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Agenda local

with 2 comments


La maison de quartier Saint-Nicolas vient de lancer un agenda associatif local participatif, développé par la société romanaise 6tématik. Belle initiative qui me rappelle le défunt Agenda des romanais (2007). Il manque encore un petit flux RSS pour déporter l’agenda facilement et des fonctionnalités permettant de faire glisser les évènements dans ses propres agendas facilement, mais c’est une heureuse initiative, dont on espère bientôt en savoir plus sur ses objectifs.

A quand un grand agenda permettant de suivre l’actualité municipale, associative et culturelle facilement ?

PS : Vu le nombre de sites internet et de blogs que je croise ou que je lis, localement, je pense que nous aurions besoin de refaire une salade romanaise ou un netvibes local ainsi qu’un moteur de recherche local. Le web local me semble avoir pris beaucoup d’ampleur ces dernières années (et pas que sur Facebook), mais il est devenu très éclaté, sans aucun endroit où se fédérer… Qui a de l’énergie pour relever ce travail d’Hercule ?

Publicités

Written by leromanais

9 octobre 2011 à 11 h 29 mi

Publié dans Actualité

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. L’agenda local n’aura pas vécu longtemps, puisque la Maison de quartier vient d’y mettre fin. Pas si simple la collaboration !

    leromanais

    14 mai 2012 at 13 h 24 mi

  2. Comme je le disais là bas : L’échec de l’agenda des romanais aurait du vous mettre la puce à l’oreille.
    Les associations veulent être présentes dans un agenda local municipal parce qu’il permet d’alimenter d’autres moteurs des agendas locaux : affichage municipal, publications papiers, etc. et aussi parce qu’il est une forme de reconnaissance.

    Un affichage sur l’internet ne suffit pas à motiver les troupes, surtout si l’agenda en question n’est pas multidiffusé (Netvibes local, salade de blogs, etc.).

    Enfin, comme vous le dites très bien, nous avons un fonctionnement qui favorise le développement des structures et non pas la mutualisation des moyens (c’est la même chose dans la recherche de budgets : les structures doivent se battre entre elles). Chaque structure gère ses propres publications par exemple, plutôt que d’avoir une gestion distribuée. Cela montre bien quelques limites de la distribution : il faut qu’elle soit généralisée pour fonctionner et atteindre un seuil qui lui permette d’exister. Mais on voit bien que tous les efforts de mutualisation qui ont pu apparaître, tant dans le champ citoyen qu’institutionnels, peinent à passer à l’échelle. Il y a certainement des causes à comprendre et des actions concrètes à mener pour y remédier… Pour autant que cela nous concerne ou intéresse.

    Bravo tout de même pour les efforts.

    leromanais

    14 mai 2012 at 13 h 25 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :