LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Comprendre la politique numérique romanaise

with 4 comments


Pas facile de comprendre la politique numérique romanaise, comme le montre l’analyse des trois sites que vient de publier la ville de Romans. Pourquoi les avoir désolidariser les uns des autres ? Comment comprendre des choix techniques et éditoriaux confus ? Difficile de se faire une idée en tentant de comprendre la logique qui préside au lancement de ce que certains pouvaient voir comme une nouvelle politique numérique romanaise et qui au final ressemble plutôt à un effort de communication modernisé.

Romans Mag reste un magazine municipal

Choix a été fait de désolidariser Romans Mag, le magazine municipale, du site de la ville de Romans. Si le magazine est toujours accessible au format .PDF (via une liseuse qui le rend lisible en ligne – faut réussir à le mettre en plein écran et qui ne sont pas cherchable via le moteur général du site), le voilà désormais augmenté d’articles au format numérique, plus réactifs – accessibles également au format RSS – (mais sans que le contenu des anciens Romans Mag n’aient été déversés au format numérique, visiblement, enfin pas ceux d’avant septembre 2009). L’agenda n’a pas d’applications pratique (impossible de récupérer un évènement dans son propre agenda électronique, pas sûr à ce jour que les ajouts se répercutent sur un fil RSS que cet agenda ne semble pas produire !). Et si toutes les pages ont des fonctions sociales (partage sur Facebook -mais la ville n’y a pas ouvert ni de groupe ni de profil, alors que tout se passe là désormais -, Twitter, Delicious, envoi par mail), il n’y a aucun espace pour déposer des commentaires, proposer un évènement pour l’agenda par exemple. La seule participation consiste à convier la population à répondre à des sondages en ligne dont nul ne sait ce qu’il en sera fait (rien du tout certainement) : amusons le gogo, on retiendra bien toujours son attention !

La Une du nouveau site du Romans Mag du 7 septembre 2010

Quant à la politique de publication, elle reste sous copyright : interdisant à chacun en fait de profiter pleinement des fonctions de partage que la ville propose : et oui, il y a une antinomie à proposer du partage sur des contenus sur lesquels ont affirme sa propriété intellectuelle (alors qu’ils sont payés par nos impôts). On est loin de l’ouverture des contenus du pays de Brest. Même chose avec les photos sur le nouveau compte Flickr de la Ville – pas de politique affichée pour l’instant sur le nouveau fil vidéo de la ville. Le fil RSS de Romans Mag n’a pas même été branché sur le nouveau compte Twitter qui peine pour l’instant à faire des liens profonds vers les articles et qui demeure isolé puisqu’il ne propose de suivre personne, ignorant par là même les usages de base du réseau.

Bref, dès le premier abord, le site donne une image peu claire de la politique numérique de la ville, à l’image de l’absence de rigueur dans un choix unique de graphies retenues, qui sont toutes différentes : parfois, on a retenu VilledeRomans parfois VilleRomans. Certes le design est moderne est agréable. Mais le site n’aide pas les Romanais dans leurs besoins de tous les jours. Il a beau proposer une météo – non cliquable ou un lien vers Allociné -, la moindre requête que vous faite sur Romans Mag ne renvoie aucun résultat (essayez avec >a href= »http://www.romansmag.fr/recherche/search.php?query=Bertholet&search=1″>Bertholet par exemple). Cela va s’arranger à mesure que les contenus vont s’augmenter, mais il demeure surprenant qu’aucun contenu n’ait été récupéré de l’ancien site. Enfin, le site ne renvoie vers aucun lien extérieur, hormis l’intégration du fil RSS du seul Dauphiné Libéré – rubrique En direct de en bas à droite (c’est L’Impartial ou Drôme Hebdo qui doivent être contents). Seul le site de la Ville de Romans pointe vers quelques liens extérieurs (mais uniquement des sites institutionnels locaux, pas même les blogs ou autres initiatives web associatives financées en partie par la ville : MJC, Maisons de quartiers…). La ville de romans s’arrête à la ville de Romans. Le message à le mérite d’être clair. Romans Mag demeure un magazine municipal au service de la municipalité, même sous forme électronique.

Ville de Romans : un site de services ?

Le nouveau site de la ville de Romans-sur-Isère se veut être un site de services, uniquement de service. C’est peut-être pour cela qu’on n’a pas jugé de le doter d’un fil RSS propre (on lui a collé celui de Romans Mag !) : à croire que le site de la ville n’a pas pour fonction d’accueillir de l’information. C’est pourtant sur celui-ci, uniquement qu’on trouve en Une de l’information sur le Forum des associations à venir (et le programme en .PDF qui n’est pas disponible sur Romans Mag). On voit bien que toute la difficulté pour les romanais va être de comprendre la logique éditoriale des deux sites.

la Une du nouveau site de la ville de Romans

Pour autant, il faudrait qu’il puisse effectivement rendre service. Un petit test très simple montrera vite qu’il ne remplit pas pour l’instant ses objectifs. En cherchant CNI ou « Carte nationale d’identité« , le moteur ne renvoie aucun résultat. Il faut donc savoir que toutes ces informations seront accessibles uniquement via le guide des démarches de Service-Public, inséré dans le site de la ville, mais ne disposant pas de passerelle réelle, entre les deux.

Le site est avant tout un annuaire d’adresses, de mail et de téléphones pour tout savoir des équipements et de l’organisation municipale. Le site propose d’accomplir quelques démarches en ligne (copie d’acte de décès, de naissance, de mariage et demande d’invitation pour les nouveaux romanais), mais en guise de fonction de « déposer un dossier » renvoi systématiquement vers le téléphone, le mail, l’adresse et les horaires d’ouvertures. Des tchats avec des élus sont bien annoncés, mais aucune possibilité de contacter en direct quelqu’un, hormis par le téléphone… Les actualités d’accueil n’ont pas de rubriques propres.

Pourtant, le site n’est pas sans qualités par les nouvelles fonctionnalités qu’il propose. Comme par exemple un espace sur les marchés publics que le Pays de Romans passe, très précieux pour les professionnels, auxquels ils peuvent s’abonner par mail (pas de RSS ? Dommage !). Un espace offre d’emploi permettant d’accéder aux annonces et de candidater (hélas sans fil RSS non plus). Un espace presse, dont on me refuse l’accès malgré ma carte de presse – ;-).

La rubrique Outils Pratiques permet d’accéder à un plan interactif des équipements (pourquoi avoir choisit Google plutôt qu’OpenStreetMap : plus précis, plus modulaire ?) et au cadastre. Un annuaire des associations avec un formulaire d’accès, dans lequel il est difficile de naviguer et qui contient des informations très sommaires et peu de liens vers des sites internet (on se trouve là face à un problème classique du web municipal et du manque de valeur ajoutée de ses données – Bourg-de-Péage n’y échappe pas). Un espace documentaire, qui est certainement l’espace le plus riche en ressources pratiques sur ce site.

La fonction personnalisation du site de la ville

Notons encore une petite fonctionnalité de personnalisation en page d’accueil qui vous permet d’accéder plus rapidement à des choses qui pourraient vous intéresser selon votre profil, mais qui semble avoir oublié par exemple les entreprises…

Alors certes le graphisme est là encore réussi. Mais c’est bien la seule chose qu’on ait concédé aux utilisateurs. Aucune redirection depuis les URL de l’ancien site n’a été décidée (exemple). Les services les plus intéressants n’ont pas leur autonomie (on voudrait s’abonner aux annonces d’emplois par exemple) et on ne trouve pas vraiment de fonctionnalités très innovantes. Le web 2.0 (fonctions de partage, Google Maps…) ne sont là que pour faire du tape à l’oeil, sans en comprendre l’esprit d’échange, de partage, d’accès, de redistribution.

Quant au site de documentation de la ville, qui est certainement l’un des plus utile, ils ont ajouté un identifiant pour en limiter l’accès hélas. Dommage, car c’est vraiment là que se trouve le plus d’information pertinente sur la ville de Romans.

Romanais du Monde : un site social à l’heure de Facebook ?

La grande nouveauté du numérique romanais repose assurément dans cette étrange idée de faire naître un réseau social local : Romanais du Monde. Un réseau social local fermé sur lui-même et inaudible aux yeux du monde (voir sa UNE ci-dessous, quand on n’est pas enregistré dessus), puisque de l’extérieur, comme le montre sa première page, impossible de deviner ce qu’il se passe dedans, alors même que des groupes ou des profils peuvent être ouverts sur l’extérieur.

La page d accueil du site des Romanais du Monde

Or, un réseau social, même circonscrit, doit donner à voir ce qu’il s’y passe de l’extérieur, au moins en partie. Rien de cela sur cette UNE on ne peut plus aride. Pour s’engager, il faudra donc franchir la porte, qui pour l’instant n’est pas si simple (n’utilisez pas d’espace ni de caractère accentués pour créer votre nom d’utilisateur, sinon, vous serez refoulé). Une fois parvenu dans les entrailles du réseau, difficile à nouveau de se repérer. On vous invite à remplir votre profil, ajouter une photo (mais on ne peut pas ajouter un fil RSS, un espace Twitter ou Flickr…). Et votre page d’accueil se compose ensuite d’un aperçu de votre profil et d’un mur de nouveautés provenant des participants un peu à la manière du mur des actualités postées par vos amis sur Facebook. Hormis que certaines fonctions n’apparaissent pas, comme la création d’un groupe (alors que c’est sensé être sur les groupes auxquels les gens participent ou pas, que se font les relations). Le réseau social n’a pas d’éditorialisation : les nouveaux groupes, nouveaux billets, nouveaux participants… n’apparaissent pas de manière claire et visible. Les fonctionnalités inutiles sont démultipliées (sur le modèle des réseaux construits sur le logiciel libre Elgg, encore largement imparfait).

La page intérieure personnalisée du site des Romanais du Monde

Les premiers inscrits aux Romanais du MondePar défaut, toutes les publications sont restreintes aux utilisateurs connectés, ce qui sur un réseau social local risque vite de resté embryonnaire (pour la première journée d’exploitation, on comptait 11 personnes inscrites). Ce qui n’est pas une politique par défaut très acceptable. Ou par défaut les informations publiées sont publiques ou alors, pour protéger la vie privée de ceux qui les publient elles sont limitées aux amis et pas seulement aux gens connectés (mais cela à tendance à tuer le développement du réseau).

Les trois premiers groupes créés sur le réseauIl va surtout falloir regarder le comportement des administrateurs face aux comportements qui vont sortir du cadre, notamment la création de Groupes contestataires. Apparemment, personne de l’équipe municipale (élus comme administratifs) n’y est présent pour l’instant. Le réseau est vierge, comme ouvert à ce qu’en feront les gens. Comme toujours avec un réseau Elgg, il y a beaucoup d’améliorations à apporter. Mais surtout, on comprend mal son fonctionnement dissocié des autres sites. Le réseau aurait pu servir pour permettre aux romanais de créer un identifiant pour commenter sur les autres sites municipaux qui leur aurait servit également pour se échanger entre eux sur ce réseau (un peu à la manière de ce que propose Auwwwergne). Une option qui aurait été certainement un peu plus riche en fonctionnalités.

Reste que le fonctionnement est compliqué pour des gens qui ne connaissent pas forcément beaucoup plus que Viadeo ou Facebook (mais pourquoi diable les collectivités locales veulent-elles toujours réinventer la roue ? Pourquoi ne cherchent-elles pas à exploiter là où les gens sont, plutôt que de vouloir leur créer des outils qu’ils n’ont pas demandés ? Qu’elles soient là pour créer des réseaux locaux spécifiques s’il y a une demande, pourquoi pas, mais sinon, elles devraient se limiter à utiliser les réseaux sociaux existants : et il y a des choses à imaginer en utilisant les Facebook et autres Viadeo, très riches en utilisateurs). L’interface n’a pas été adaptée pour fluidifier la compréhension. Laissons un peu de temps à ce réseau pour tenter d’exister. Mais sans animation éditoriale, technique et sociale pour le faire fonctionner, il y a fort à parier qu’il vivote longtemps.

Ce réseau est un pari audacieux, mais de prime abord, il semble surtout être une coquille communicationnelle qui fait fît de tout ce qui existe déjà sur le territoire numérique (blog d’oppositions, innombrables sites d’association, expressivité forte sur les réseaux sociaux les plus prisés comme Facebook ou Viadeo). Sa force est qu’il peut être amélioré facilement pour au moins le rendre plus lisible et visible. Sa faiblesse est qu’il aura du mal à être animé, car il n’a pas l’indépendance pour lui – à la différence de la Ruche, qui demeure pour l’instant le « modèle » du réseau social local. On voit mal ni le FilRouge ni RomansNouvelElan utiliser ce réseau social. Plutôt que de l’ouvrir à tout, on aurait pu décider d’ouvrir un réseau pour l’emploi par exemple, dédié à une thématique très ciblée, animé avec l’aide de plusieurs partenaires… Visiblement à la ville de Romans on a fait un autre choix.

On verra dans quelques temps ce que cela donne. Les retombées presse devraient être nourries, car on compte encore peu de réseaux sociaux locaux. Mais rien n’assure que les louanges des uns – et les critiques des autres 😉 – suffiront à le faire vivre ?

Publicités

Written by leromanais

7 septembre 2010 à 21 h 01 mi

Publié dans Internet

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. En réponse aux éléments exposés ci-dessus, je souhaiterais juste ajouter certaines choses :

    – La ville crée des pages facebook, pour communiquer sur des opérations précises : pour le moment une page Saison des spectacles existe. Des informations sur chaque spectacle y seront disponibles prochainement (répercutées dans twitter automatiquement).

    – L’agenda ne génère pas de flux RSS car il est compliqué de trouver un moteur de flux qui permette de gérer des évènements qui vont être mis dans le futur (problèmes de compatibilité lecteurs de flux). Ce sera sans doute une évolution à venir. En attendant certains évènements de l’agenda sont / seront relayés dans twitter.

    – Pour ce qui est de proposer un évènement dans l’agenda, il faut pour le moment contacter le service communication. Beaucoup d’associations passent déjà par ce biais. Un formulaire sera néanmoins prochainement créé.

    – Annuaire des associations : A ce sujet, les associations vont pouvoir créer un compte pour avoir un accès direct au backoffice et pouvoir modifier les informations de leur fiche directement.
    Nous ne créerons les comptes qu’à partir de vendredi, car nous souhaitons présenter aux associations l’outil avant de commencer la création. Un accompagnement leur sera bien entendu proposé afin de prendre en main l’outil. Sur leurs fiches, elles pourront directement mettre un évènement en avant, simplement en actualisant leur fiche.
    Si les évènements se déroulent à romans, nous pourrons également les répercuter dans l’agenda.

    A terme, il est prévu que l’agenda soit partagé entre plusieurs sites, et lorsque l’on entrera un évènement, il sera visible sur un ou plusieurs sites.

    – Moteur de recherche des sites :
    Le moteur de recherche est partagé entre les sites, et le sera également avec le futur site de la communauté de communes, des médiathèques et sans doutes d’autres sites locaux.
    La recherche que vous avez proposé nous donne 2 résultats pertinents.

    – Fil RSS entrant : nous sommes abonnés aux flux du Dauphiné Libéré, de Drôme Hebdo et de l’Impartial. Les flux étant classés par ordre chronologique et le dauphiné publiant énormément de flux, il arrive que l’on ne voit plus que ceux-ci. Nous pourrons à l’avenir, ajouter d’autres flux (radio france bleu etc… lorsqu’ils seront disponibles).

    – En ce qui concerne les liens vers d’autres sites / blogs, on en trouve dans les fiches des associations, dans les pages mon quotidien également.

    – Plans interactifs : pourquoi Google plutôt qu’Open Street Map ? Pour des raisons de compatibilité avec le Système d’Informations Géographiques de la Ville.

    – Concernant les démarches en ligne, c’est l’étape suivante que nous allons attaquer. C’est une évolution prévue qui aboutira à des solutions de paiement en ligne pour certains services. Les prochains mois vont nous permettre d’organiser et de préparer ces évolutions.

    – Romanais du Monde : ce réseau est en effet ouvert à ce qu’en feront les romanais. Comme vous l’avez suggéré, la solution elgg retenue ici n’est pas parfaite, et nous essayerons au fil du temps et des demandes / remarques de l’améliorer pour qu’elle réponde le mieux possible aux besoins des Romanais. Cet espace d’échanges plus restreint que facebook, permettra peut être de croiser plus facilement des personnes que l’on connait et ainsi resserrer des liens.

    – Le site de la ville n’a pas de fil RSS propre pour le moment, mais cette évolution est prévue.

    Il est toujours intéressant d’avoir des retours concernant ces nouveaux sites, et certains points que vous avez développés nous permettent de conforter les évolutions prévues et d’avoir un regard différent sur d’autres aspects.

    En vous souhaitant une bonne journée et au plaisir sur les sites de la ville et notamment l’espace d’échange Romanais du Monde.

    Pour le Service Communication,
    Estelle GENET
    Webmaster
    Service de la communication de la Ville de Romans
    et de la Communauté de communes du Pays de Romans
    Place Jules-Nadi
    26100 Romans-sur-Isère
    Tel : 04 75 45 89 75

    Estelle GENET

    9 septembre 2010 at 10 h 53 mi

  2. Merci vivement Estelle de toutes ces précisions, très utiles pour mieux comprendre, et notamment voir ce qui va être amélioré.

    – L’évolution de l’annuaire me semble être assez pertinent. Mais il serait bien par exemple qu’il puisse intégrer le fil RSS des sites des associations, pour leur éviter d’avoir à répercuter les évènements plusieurs fois. Elles sont nombreuses à avoir des blogs.

    – Le moteur de recherche commun me semble un vrai progrès. L’exemple du maire est à la fois un bon et un mauvais exemple. Votre moteur effectivement pointe vers les deux infos essentielles (la fiche du maire), mais elle oublie l’actualité. De même une recherche sur CNI ou Carte d’identité, elle ne donne aucun résultat ! Alors que c’est certainement un des mots clefs important que les gens recherchent sur un site municipal.

    – Fil RSS de la presse : et bien les news de l’Impartial et de Drôme Hebdo étaient invisibles. Autant pour moi. Et pourquoi que ceux-ci ? Pourquoi pas les flux des radios-locales, etc. Ah ! faire des choix n’est pas facile ;-).

    – Liens externes : le site de la ville ne donne pas à voir l’activité web locale, sa richesse et sa diversité. Les URL extérieures sont rares, hormis vers les autres sites municipaux.

    – Plan interactif : Oui, on dira que c’est votre réponse, mais c’est la première fois qu’on me l’a fait ;-).

    – Démarche en ligne : ce développement là est vraiment très intéressant. On a hâte d’en savoir plus. Quels services ?… etc.

    « – L’agenda ne génère pas de flux RSS car il est compliqué de trouver un moteur de flux qui permette de gérer des évènements qui vont être mis dans le futur (problèmes de compatibilité lecteurs de flux). » Google Agenda ou l’Agenda du libre le font très bien. La date de l’évènement n’a rien à voir avec la date d’entrée du flux. Vous bottez un peu en touche, mais c’est assez commun. Alors que l’important dans un agenda est de pouvoir récupérer un évènement dans son propre agenda électronique, simplement.

    – Sur Romanais du Monde, il me semble qu’il y a des choses améliorables, notamment dans ce que je pointe. Mais la question est de savoir si la gestion du projet est ouverte – et peu impliquer des citoyens ? Si la ville a prévu d’amener peu à peu des améliorations. Les critiques émises ci-dessus me semblent pouvoir proposer un bon cahier des charge, mais encore faut-il une volonté pour faire bouger le site. C’est le premier réseau social local construit par une collectivité local avec ses propres forces que je vois passé. Ce n’est donc pas une petite innovation, mais je trouve dommage qu’elle ne soit pas parfaitement réussie.

    – Quant au site RSS de la ville, n’hésitez pas à signaler clairement son lancement… Sinon, il risque d’être longtemps invisible.

    Merci de cet échange en tout cas. Au plaisir de vous rencontrer !

    Hubert Guillaud

    10 septembre 2010 at 12 h 08 mi

  3. Il n’y aura pas d’évolution ni d’ouverture donc. Nous apprenons ce jour par mail que le site « Romanais du monde » va fermer :

    « Bonjour aux romanais du monde !

    La Ville ayant créé sa page facebook : http://www.facebook.com/ville.de.romans.sur.isere , nous vous invitons désormais à vous connecter sur ce nouvel espace et vous informons qu’à partir du 7 mars, le réseau social local « Romanais du monde » ne sera plus disponible.

    Plus intuitive et permettant de partager plus facilement ces informations, la page facebook de la Ville vous permettra de suivre l’actualité, échanger et partager vos anecdoctes et coups de coeur, photos insolites et bien d’autres choses sur ce nouvel espace !

    Si vous aimez la Ville de Romans, abonnez-vous ! »

    Encore une victoire de Facebook ! 😉

    Hubert Guillaud

    28 février 2011 at 15 h 56 mi

  4. I absolutely love your blog.. Very nice colors & theme.
    Did you create this web site yourself? Please
    reply back as I’m trying to create my very own blog and would like to find out where you got this from or what the theme is named. Thanks!

    Blake

    29 décembre 2012 at 0 h 43 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :