LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Non aux caméras !

leave a comment »


Très belle lettre bourrée d’arguments saisissants sur le blog du fil rouge, contre l’installation de la première caméra de surveillance à Romans, que je me permets de reprendre tant je la partage :

Monsieur le Maire,

C’est avec consternation que je viens d’apprendre le vote par l’équipe du conseil municipal de notre ville, de l’installation d’une caméra de surveillance sur le parking du collège Lapassat. Cette décision ferait suite à la pétition signée par soixante-six enseignants de l’établissement, exaspérés, à raison, par des actes de vandalisme répétés et fréquents sur leurs voitures.
Pour ma part, j’habite depuis dix ans un quartier qui relie « La Monnaie » au centre ville. Ma voiture est régulièrement abîmée : enjoliveurs volés, vitres cassées, clignotants et phare de recul subtilisés, portières rayées,… Malgré tous ces désagréments, je ne peux imaginer l’installation de caméras de surveillance à Romans. Comment ce dispositif pourrait-t-il en effet résoudre cette situation calamiteuse ?

Besoin fondamental, la sécurité heurte une autre nécessité, tout aussi indispensable à la vie de l’homme : la liberté. Bien qu’ils ne s’opposent pas, ces deux impératifs sont souvent en conflit. Réfléchir à la sécurité conduit à poser des choix philosophiques et idéologiques. C’est ainsi que selon chaque modèle de société, les réponses sont bien différentes. Installer un système de surveillance permanent et caché, sous forme de caméra ne correspond pas, à mes yeux, aux valeurs de la Gauche.

Vous n’ignorez pas que Michel Foucault a dégagé en 1975, le concept de « Panoptisme » dans son célèbre ouvrage « Surveiller et punir » à partir du modèle de prison imaginé au XIXème siècle par Jérémy Bentham. Le principe du « Panoptique » est de voir sans jamais être vu au point de donner aux détenus l’illusion d’une surveillance permanente et totale. Ainsi, le « panoptisme » vise à observer, tout en se protégeant totalement des personnes épiées. Bentham a jeté les fondements d’une société libérale où tout le monde pourrait surveiller tout le monde, y compris dans les moindres plis et replis de la vie de chacun. George Orwell s’est largement inspiré des ses conceptions pour écrire son fameux roman d’anticipation, « 1984 ». La société qu’il décrit est effrayante car « l’œil du pouvoir » (Foucault) omniprésent conduit à la déshumanisation dans le sens où chacun, privé de la capacité à exercer sa liberté, est réduit à un statut d’objet. A bas bruit, chaque citoyen est actuellement plus ou moins enserré dans un maillage qui permet d’établir sa « traçabilité », un autre concept cher à Bentham et aux modèles libéraux. C’est le « Big Brother », apanage de nos sociétés modernes. Il permet de collecter un nombre impressionnant de renseignements sur chacun à travers notamment les téléphones portables, les cartes de crédit, les ordinateurs, la biométrie … Et les caméras de vidéo surveillance.

Est-ce cette conception que vous imaginez pour notre ville ? Un dispositif inspiré des modèles libéraux les plus extrêmes et les plus amoraux ?

Pendant la dernière campagne municipale, mémorable à bien des égards, madame Thoraval proposait d’équiper la ville d’un système de vidéo surveillance. C’était un des éléments forts de différenciation entre son programme et le vôtre. La candidate UMP reprenait en effet l’argument sécuritaire, cher à sa famille politique. Sur le plan national, en février dernier, madame Alliot-Marie, ministre de l’intérieur a annoncé le triplement en trois ans de caméras sur la voie publique.

Et voici que le conseil municipal de notre ville du lundi 27 Avril a décidé la mise en place d’une caméra. Tous les membres de la majorité, issus de la Gauche, ont voté pour, sauf les élus communistes et écologistes …Ce fait marque pour moi un point de rupture net dans la mesure où je me sens trahie.

Faut-il encore rajouter que le système de vidéo surveillance ne règle pas tout, loin s’en faut.

La Grande Bretagne, à la pointe en matière de politiques sécuritaires est actuellement équipée de quatre millions de caméras. Pourtant, Londres reste tristement célèbre pour le taux d’actes de délinquance. L’année 2008 a été marquée par une vague d’assassinats d’adolescents à l’arme blanche. Des gangs de jeunes gens échappant à toute règle se sont constitués. Le seul quartier de Westminster a compté en Juillet 2008, six cent quatre-vingt-neuf meurtres (sources : 01net.).

Combien de temps LA caméra intimidera-t-elle les vandales ? Quel champ sera-t-elle en capacité de couvrir ? N’y aura-t-il pas l’existence d’angles morts qui justifiera l’installation d’une deuxième puis d’une troisième caméra? Même si aujourd’hui, vous vous engagez à installer une seule caméra, n’êtes-vous pas sur le point de tomber dans un engrenage que vous ne pourrez maîtriser ?

En effet, ce type de système n’est efficace qu’à la condition de quadriller toute la ville. Du coup, cette manière de faire se rapproche de la philosophie du système anglais « Mosquito » ou du dispositif de «lumière rose » destinés aux adolescents, à savoir repousser ce qui embarrasse. Le problème de l’insécurité serait ainsi refoulé sans être traité dans ses fondements.

Pour finir, le système de vidéo surveillance pose aussi les questions de la lecture des données et de leur stockage. (Où ? Pour quelle durée ? Par qui ?)

N’était-t-il pas concevable de réfléchir à une autre manière de sécuriser le parking ? La police municipale n’aurait-elle pas pu circuler régulièrement dans ce lieu ? Le personnel de la ville comme les cantonniers ne pourraient-ils pas « marquer » plus fortement le territoire d’une présence d’adultes ? Le partenariat de Romans avec le service de la « Sauvegarde de l’enfance » ne serait-il pas là à renforcer ?

Outre une dimension humaine incontestable, cela reviendrait assurément moins cher que l’achat et l’installation d’un système vidéo à l’époque des restrictions budgétaires de notre ville surendettée.

Enfin, les conditions matérielles ont-elles été toutes examinées ? L’éclairage paraît-il suffisant ? Le parking n’aurait-il pas pu être fermé ou déplacé dans l’enceinte de l’établissement ?

La sécurité est un levier puissant pour manipuler l’opinion publique et faire accepter la mise en place de systèmes aliénants et répressifs forts. Une question se pose désormais avec acuité pour nos sociétés : jusqu’où la sécurité autorise-t-elle des atteintes aux droits fondamentaux sans altérer voire détruire l’essence même de l’Etat démocratique ?

Parfaitement consciente de l’importance relative d’une démarche individuelle, je me permets cependant de vous rappeler que vous avez un contrat moral avec vos électeurs dont vous êtes le représentant.

Je vous prie Monsieur le Maire de recevoir mes salutations les plus courtoises.

Publicités

Written by leromanais

6 mai 2009 à 14 h 23 mi

Publié dans Actualité, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :