LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Un centre nautique pour qui ?

with 10 comments


C’est l’été. Le temps des baignades. Pas facile pourtant de trouver une piscine publique autour de chez nous. A Romans, la piscine Caneton est fermée (la piscine Diderot, en extérieur, et Triboulet, en intérieur, fonctionnent). A Valence, la piscine extérieure Jean Bouin est fermée (les 3 autres, couvertes, fonctionnent). Même schéma, même disette. Reste les piscines extérieures de Bourg-de-Péage et de Chabeuil (qui ne sont ouvertes que l’été)… Celle de Saint-Vallier ou de Saint-Jean-en-Royans qui sont tout de même plus éloignées. Rien à Saint-Marcel ou Chateauneuf-sur-Isère. Autant dire qu’on a l’impression que nos élus ont été un peu légers. Un peu légers à prévoir les besoins, à anticiper les renouvellements d’équipements. Autant dire que notre territoire souffre d’un réel déficit d’équipement en la matière.

La Communauté de commune de Bourg-de-Péage réfléchit depuis plusieurs mois à construire un nouvel équipement. Le projet est en train de voir le jour et devrait être voté dans les prochaines semaines. C’est un beau projet de complexe nautique qui s’adressera à tous : aux scolaires (les scolaires – écoles et collèges – des communes du canton de Bourg-de-Péage n’ont pas accès à une piscine hormis celle de BDP, en extérieur, et qui n’est accessible qu’en juin, juillet et août et, si le temps est mauvais, comme cela a été le cas cette année… pas question d’apprendre à nager à l’école), aux associations (clubs de natation…), au grand public et qui souhaite drainer également une clientèle de séjour.

Le projet est plutôt séduisant, il s’agit d’un véritable complexe nautique qui comprendra piscines mais aussi toboggans (on dit pentagliss), espace de pique-nique extérieur, beach soccer (une petite sable de plage comme l’espérait Thomas), jeux d’eau, plages extérieures… Ainsi qu’un espace aquafitness (SPA, Sauna, Hamman), géré par le service public et un espace « musculation »/fitness qui sera vendu au privé. Au final, le complexe devrait être à la fois un espace ludique et sportif, à l’image de l’espace loisir de Villards-de-Lans, mais en un peu plus grand, plus ambitieux… Un projet qui devrait créer 8 emplois et ouvrir d’ici l’été 2011.

Très bien me direz-vous. Oui. Presque. Mais il y a 3 questions que ce projet me pose alors qu’il devrait être voté dans les prochaines semaines.

Son emplacement. Visiblement, nos élus ont choisi. Ca sera ici. A la sortie de Bourg-de-Péage, vers l’Hôtel Formule 1, de l’autre côté de l’autoroute (super, ça ne nous changera pas trop, la piscine de BDP jouxte déjà le boulevard Alpes-Provence avec son charmant bruit de fond de circulation continue qui profite à la tranquilité des baigneurs).

Un emplacement qui pour ma part me pose question du fait de son éloignement du centre ville de Romans et BDP. Personne ne pourra s’y rendre à pied. Remonter toute le boulevard Alpes-Provence et son flot de voiture, le fait que le centre soit à plus de 200 m de toute habitation laisse à penser que personne ne pourra ni ne voudra s’y rendre à pied, même les scolaires (vous connaissez la règle des 200 mètres qui dit que dès qu’on à plus de 200 mètres à faire, on choisisse sa voiture plutôt que ses pieds). Il faut compter 1,5 km pour se rendre à l’entrée de Bourg-de-Péage, au pied du Bois-des-Naix. Ne comptons pas non plus nous y rendre en vélo. Monter la côte du boulevard Alpes-Provence en vélo, en famille, est un exploit sportif, pas tant physique que de stress, puisqu’il faut y cotoyer un flot de circulation assez dense et étroit (mais peut-être que ce sera l’occasion de créer une piste cyclable pour nous y rendre ?) Sans compter que grimper la côte reste, d’où qu’on la prenne, difficile. Pour nous y rendre, il nous faudra donc prendre le bus ou la voiture. Cet emplacement excentré ne me convainc pas pour ma part. On aurait préféré quelque chose de plus central. La piscine est un équipement de proximité pour les habitants. Pourquoi n’avoir pas choisit l’emplacement de l’actuelle piscine ? Ou un espace entre entre Bourg-de-Péage et Pizançon ? Ou alors, quitte à l’excentrer, pourquoi ne pas faire le pari de la campagne péageoise, ou de Chatuzange, qui est la ville qui se développe le plus dans la communauté de communes ? En tout cas, l’accès à cet équipement me semble dès à présent poser problème et nécessiter, bien avant sa construction une vraie réflexion et surtout des vrais engagements.

Son bassin de recrutement. Le fonctionnement du complexe, pour l’instant, est calculé sur la seule communauté de commune de Bourg-de-Péage. Oui. Oui, vous avez bien compris, on a calculé et évalué le fonctionnement de ce centre sans prendre en compte ni les habitants de la ville de Romans ni ceux de la Communauté de commune de Romans… Le potentiel, le coût de fonctionnement (et derrière le coût de chaque entrée), les capacités, sont calculées par rapport à 30 000 personnes et pas 60 à 80 000. Ni Romans, ni la communauté de commune de Romans n’ont été consultées ou associées. On continue à faire comme par le passé. Comme si les Romanais n’allaient pas utiliser cet équipement (c’est peut-être pour cela qu’on veut le mettre si loin d’eux) ! Peut-être faudra-t-il qu’on arrête les bus qui arrivent de Romans et qui s’y rendront pour que les Romanais n’aient pas le droit d’y aller ?

Oui, on ne prend pas en compte le déficit de piscine de l’autre côté de l’Isère ou sur la plaine Valentinoise, comme si on ne voulait pas voir, que, dès cet été pourtant, la piscine de BDP ou la piscine Diderot à Romans sont pleines à craquer, qu’on n’a pas même la place de nager dans le petit bassin tant le public est nombreux. Va-t-on avoir, comme quand on utilise la bibliothèque de Romans venant de BDP un tarif différent pour les utilisateurs qui ne sont pas du canton de BDP ? Quand on voit ce genre de projet, on pourrait tout à fait le croire. Messieurs nos élus, quand est-ce que vous allez arrêter ce genre d’âneries ?

Sa complémentarité. Vous l’aurez compris, la troisième question est de savoir que sera-t-il fait de la piscine d’été de Bourg-de-Péage. Sera-t-elle supprimée, comme cela semble devoir être le cas ? Pourquoi ? A cause de sa vétusté (pour ma part, je la trouve encore tout à fait agréable et fonctionnelle) ? Pour ne pas faire concurrence au nouveau centre nautique (alors qu’on manque de piscine sur notre territoire ?) Ne peut-on pas imaginer qu’il y ait des publics et des besoins différents ? Je suppose que le prix d’entrée de ce complexe (avec tout ce qu’il propose), ne sera pas le même que celui de la piscine d’été de Bourg-de-Péage ou que celles de Romans. Est-ce une piscine de riche qu’on nous construit, comme celle de Villard de Lans (entrée à 4,8 euros pour les enfants et 5,10 euros pour les adultes contre 1,5 euros à 2 euros à BDP actuellement) ? Bien évidemment, si la piscine de BDP est maintenue, il est plus difficile de justifier l’emplacement du centre nautique sur BDP. Ceci compte aussi certainement un peu dans la perspective, de voir la piscine d’été de BDP démolie.

Peut-on penser que son côté excentré va permettre de drainer du public de passage vers nos commerces ? J’aurais plutôt tendance à reprendre directement l’autoroute plutôt que de faire un détour par BDP ou Romans pour ma part, comme son emplacement actuel le laisse supposer ?

Quel autre emplacement serait possible ? Faut-il fermer la piscine de BDP ? Et surtout, plus encore, pourrait-on demander à nos élus de revoir leurs chiffres, de prendre en compte, non pas la réalité des frontières territoriales, mais la réalité des usages territoriaux, des habitants qui y vivent. Vos guerres intestines nous fatiguent d’autant plus que c’est nous qui les payeront. Ce qui est sûr, c’est qu’on voudrait bien avoir des éclaircissements avant que vous ne preniez la décision, ça nous changerait.

PS : je n’ai pas parlé du coût de l’opération. Il est évalué à quelques 10 millions d’euros : 5 millions venant de « subventions » (Conseil général, Etat…), l’autre moitié à charge de la Communauté de commune de BDP (dont 3 millions d’emprunts).

Publicités

Written by leromanais

15 juillet 2008 à 13 h 47 mi

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Au sujet de l’emplacement, étant donné que la piscine est financé par la communauté de commune, son emplacement à proximité de l’autoroute est pour moi une bonne solution. Mais ce qu’il ne faut pas oublié, c’est que mis à part la piscine, cette emplacement à pour but de recevoir d’autres complexe et projets d’envergure. Je sens du très gros projet de développement pour le canton de BdP à cette endroit ;P

    enneite

    15 juillet 2008 at 14 h 47 mi

  2. Etienne, je ne vois pas le lien entre la proximité de l’autoroute et le financement, l’essentiel des communes qui composent la CC de BDP étant assez éloignées de l’autoroute.

    Qu’on développe le plateau au-dessus de BDP ne me gène pas, mais alors qu’on le développe harmonieusement. Pourquoi les Bayannins d’un côté et la zone industrielle de l’autre ? Est-ce à dire que l’idée est de rendre constructible tout ce qui est entre, etc. Que dire du développement de l’espace Mossant et alentours, qui, à peine terminé et pas encore structuré et développé, semble ici abandonné ?

    C’est quoi les autres projets de développements que tu sembles suggérer par ton commentaire ?

    Hubert Guillaud

    15 juillet 2008 at 15 h 04 mi

  3. L’autoroute c’est la facilité d’accès pour les communes du royans, mais surtout, c’est en dehors de BdP, et je sais que les autres communes de la comunauté ne veulent pas d’un piscine trop proche de bourg de péage et son centre.

    J’ai entendu beaucoup de choses sur le projet de la piscine et ce qu’il l’entoure, mais c’est encore flou aujourd’hui. Mais chose sûr, BdP va beaucoup oeuvrer pour développer et dynamiser la zone indus de BdP, autour cette nouvelle piscine (si elle est effectivement construite, rien n’est sûr, ça fait au moins 4 ans qu’elle doit arrivée !)

    enneite

    15 juillet 2008 at 17 h 05 mi

  4. Comme tu le dis, la guerre entre communes du canton de BDP semble être certainement la première responsable de cette situation…

    Je connais peu de sites d’activité touristiques implantés en zone industrielle qui fonctionne, mais on sait tous que le dynamisme de nos équipes d’élus est capable de bouleverser des montagnes. Mais je ne suis pas sûr d’y voir beaucoup de cohérence pour ma part. Entre le parc Mossant, le secteur Alpes-Provence (qui pourrait accueillir la future médiathèque départementale) et ce nouveau secteur là, je trouve que cela en fait beaucoup pour une commune de 10 000 habitants.

    Oui, le projet est une vieille ritournelle.

    Hubert Guillaud

    15 juillet 2008 at 17 h 26 mi

  5. Selon mes informations, deux communes s’apprêteraient à s’abstenir : Chatuzange-le-Goubet et Chateauneuf-sur-Isère. On les comprends. Ces deux pôles (en terme de nombre d’habitants, sont par essence et à nouveau écartées des équipements. A croire que Bourg-de-Péage est en train de répéter ce qu’elle dénonçait de Romans : la récupération de tous les équipements communautaires). S’asbtenir, pas voter contre. Il est impossible de voter contre une décision de la communauté de commune à laquelle on appartient, trop de financement et de retombées sont en jeux… Le risque de devenir le mouton noir du financement local est trop grand.

    Qui a dit que la politique était un jeu de dupe ?

    Hubert Guillaud

    16 juillet 2008 at 13 h 02 mi

  6. Depuis le début des vacances, mon fils va à la piscine Diderot plusieurs fois par semaine avec des copains et copines.

    Quand il n’y a pas de centre aéré (aujourd’hui, la mdq St Nicolas), la piscine est vide.

    On dirait qu’une seule piscine suffit largement aux besoins des romanais, non ?

    Jean-Yves

    18 juillet 2008 at 0 h 24 mi

  7. la piscine diderot est en effet trés peu utilisée par les romanais adultes. la piscine n’est pas mise en valeur par la ville et peu de persones savent que la piscine est réservée aux adultes et enfants accompagnés jusqu’à 14h (autrement dit les groupes bruyants qui sautent dans l’eau sur le nez des nageurs arrivent après 14h).
    malgré une équipe trés sympa , on sent que cet équipement est abandonné par la ville et ne fait l’objet d’aucune mise en valeur.
    Je voulais réagir aussi par rapport aux piscine de chateauneuf de galaure et de st vallier qui sont (si mes infos sont bonnes) peu fréquentées car hors de prix !.
    si les piscines diderot et jean bouin ferment (ce qui semblent prévu à court temre pour diderot et moyen terme pour l’autre), il ne restera plus que caneton à un prix abordable ! une piscine génère plus de frais que de bénéfice c’est donc un choix politique que nos élus feront si ils n’ont pas le souci du faible coût du droit d »entrée dans une piscine.
    les personnes qui peuvent investir 5.40E dans une entrée ne sont en général pas interrèssées par ces piscines car ils ont une piscine ou un réseau relationnel leur permettant de se passer d’une piscine publique !
    ps : quand au rpojet de club fitness, j’ai entendu dire que l’ugap fitness a été approché pour s’associer au projet

    isalala

    26 août 2008 at 13 h 40 mi

  8. Je vais vous dire pourquoi nous n’allons plus en piscine publique.
    Tout simplement parcequ’elles sont squoités par racaille et compagnie, nos enfants revienent soit en pleurent, soit en aillant pris des coups et au finale sans leur vélo…
    Bref c’est vraiment abérent mais les lieux publique en France ne sont pas sécurisés !!!!!!
    Et c’est encore une certaine population qui fait sa loie, no comment…

    Pascontent

    18 juillet 2009 at 19 h 15 mi

  9. Christian Gauthier, maire divers droite de Chatuzange le Goubet, dans sa profession de foi pour les élections Cantonales – la seule qui évoquait des propositions réellement locales, faut-il le souligner, toutes les autres se vautrant dans la Com’ politique la plus éhontée -, évoque le projet de Centre Aquatique et annonce que ce projet de 15 millions d’euros perdra chaque année 450 000 euros (et ce malgré des prévisions d’entrées très optimistes)…

    leromanais

    31 mars 2011 at 12 h 12 mi

  10. Je note (avant qu’ils ne disparaissent) les tarifs de la piscine de Bourg-de-Péage :
    Entrée unitaire : Adulte 2,20 € / Enfant (3-16 ans) 1,10 €
    Abonnement 10 entrées : Adulte 16 € / Enfant 8€

    Afin qu’on puisse faire un utile comparatif avec les tarifs du Centre de loisir qui ouvrira l’année prochaine.

    Hubert Guillaud

    5 juillet 2011 at 17 h 54 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :