LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Municipales 2008, programme, mon beau programme : le programme Perret

with 4 comments


Le programme Perret : le programme de Georges Perret est structuré en 7 axes et se décline en 21 propositions phares.

Les mots qui ressortent du nuage de tag : historique, commission, associations et développement, reflètent bien je crois l’esprit qui anime la liste.

Mais là encore le programme est décevant et peut recueillir les mêmes critiques que les autres : absence de propositions chiffrées, flou sur les modalités… C’est à croire qu’une politique ne peut se construire que dans une information et une réflexion publique continue, qu’en alimentant une pensée et une action sur le long terme.

Une ville bien gouvernée : Force est de constater, qu’hormi la proposition de départ à la retraite non renouvelée et la synergie de moyens, les mesures sont floues (quelle nouvelle organisation ? quelles missions seront prioritaires ?…). Oui la ville est endettée , et la mise sous tutelle prononcée par la Chambre régionale des comptes à la veille du premier tour (quel calendrier ! Comment ne pas croire que ce ne soit pas politique !) ne permet pas de construire des offres claires. La mise sous tutelle va avoir quelques conséquences directes d’ailleurs : les élus n’auront pas les mains libres et devront adopter les mesures de rigueur suggérées par la Chambre régionale. Celles-ci seront simples et consisteront essentiellement à une augmentation des prélèvements et à une réduction drastique des dépenses. [je n’arrive pas à avoir confirmation de cette mise sous tutelle, dans le doute, je préfère barrer mes propos].

Une ville dynamique : Si la critique de l’immobilisme de l’équipe précédente est forte et porte (prix de l’eau, non achèvement de la rocade : on pourrait ajouter la lenteur à aller vers la communauté d’agglomération…), celle sur le manque d’implication de la municipalité dans l’économie locale sonne encore plus juste : « le principal frein au développement à notre sens est le manque d’implication de la municipalité au sein du monde économique, industriel, artisanal et commercial ». C’est certainement là que les propositions de l’équipe Perret sont les plus intéressantes : meilleur lien entre la formation et le monde économique local, meilleur lien entre la Ville et le monde économique local (mais pas un club s’il vous plait, ça rappelle trop le XIXe siècle, avec son côté un monde contre l’autre), réflexion sur un centre de créativité (dont on ne connaitra pas les modalités). On sent derrière ces propositions, une équipe plus au fait des relations avec le monde des décideurs locaux. Ce n’est pas un petit avantage et c’est certainement dans la reprise de cet effort là que repose le sursaut de Romans. Enfin, Gorges Perret rappelle clairement qu’il souhaite une communauté d’agglomération

Sur la promotion touristique de la ville et la mise en valeur de son patrimoine (centre ancien, tourisme artisanal), on est, comme les autres listes, dans le domaine de la candeur. La mise en valeur du patrimoine architectural du centre ancien demandera de très gros investissements. Le centre ancien est à l’abandon parce qu’il ne peut pas attirer ni commerces, ni bureaux, ni logements (rues incirculables ; habitats difficile, même rénovés, les conditions de conforts sont dépassées (petites ouvertures, absence d’espaces verts…). Pour en faire revivre une partie, il faudra peut-être se décider à en abandonner une autre. Quant à la promotion touristique, on est là encore en passe de s’interroger sur quoi la faire porter, une fois passé Marque Avenues. Comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas le musée de la chaussure qui va nous apporter des touristes, mais une coordination (grand restaurant, offre d’hébergements, animations sportives et culturelles régulières et de qualité) qu’il sera difficile à faire passer au seuil où cela devient intéressant…

Une ville agréable. Cette partie du programme construite autour de la valorisation du patrimoine du centre ancien dégage une certaine expertise. La encore, surprise, le bilan est finement critique et la réflexion sur les moyens pour réhabiliter le centre historique est construite et argumentée : critique de la répartition des personnels et du fonctionnement des institutions (comme le musée de la chaussure), redéfinition de la politique de promotion de la ville (« assurée à la fois par le Service Communication de la ville et une association, l’Office de Tourisme du Pays de Romans, qui “s’ignorent” ! Le canton de Bourg-de-Péage ayant son propre Office de Tourisme. »)

Je suis moins convaincu pour ma part par la centralité de la Place maurice Faure (où auraient lieu toutes les animations, alors que je pense qu’elles manquent de répartition) ou par le besoin d’un nouveau projet culturel avec la maison du mouton/hôtel de Lulle en grand chantier…, mais les projets ont au moins l’avantage d’être précis et cohérents.

Une ville conviviale : ici, les mesures ont visiblement été moins développées et sont assez classiques, sans propositions concrètes.

Une ville responsable : là encore, le constat est intéressant et pertinent : la ville a innové avec son agenda 21 mais ne l’a pas vraiment fait évoluer et Romans n’en a pas bénéficier en terme de retombé économiques. Visiblement, l’équipe a beaucoup regardé ce que d’autres communes ont pu proposer en terme de développement durable. Elle égraine un très intéressant catalogue de réalisation en provenance d’ailleurs qui démontre une certaine ouverture, mais ne laisse rien envisager de concret. Quelle piste préférer dans ce catalogue d’innovations remarquables ? Visiblement, le temps à manqué pour être concret. Le programme Bertholet lui fait assurément plus de propositions concrètes, même si les pistes présentées vont également parfois un peu dans tous les sens.

Néanmoins, dans ce domaine, l’équipe signale vouloir aménager à l’Ouest de Romans un éco-quartier ? Est-ce encore possible après le développement inconsidéré de l’Ouest Romanais en une multitude de pavillons individuels qui seront le coeur de problème des futures municipalités ? Comme l’équipe Bertholet, l’équipe Perret imagine réinvestir les quais de l’Isère : mais on ne sait là non plus ni comment, ni avec quel argent, ni comment cela s’organise avec le projet similaire, déjà très avancé, de l’équipe municipale de Bourg-de-Péage.

Une ville paisible : c’est certainement ici que le programme Perret est le plus hésitant : améliorer le système du contrôle du stationnement sans verbalisation excessive, redispatcher les agents de la police municipale tout en continuant l’ilotage… Il faut reconnaitre que le sujet est sensible et compliqué, mais il a l’avantage d’éviter les solutions faciles du type réseau de vidéosurveillance en montrant une certaine volonté à vouloir améliorer la tranquillité publique, sans en avoir forcément trouver les recettes.

Une ville solidaire : Peu de solutions concrètes la encore, mais toujours un soin apporté à une volonté de concertation. Georges Perret ne nous promet pas plus de places en crèches, en hôpital ou en maison de retraites, mais souhaite envisager d’autres modalités (créches familiales, accueil de jours…). Reste que les propositions demeurent finalement plutôt inexistantes : pas de chiffres !

Conclusion
Sous des dehors fleuris et des titres désuets, Georges Perret a essayé d’impulser une dynamique. Même s’il souffre des mêmes lacunes que ses concurrents (flou des moyens, manque de concret et de précision), force est de constater que ses critiques sont plus affinées que celles de Thoraval et que ses propositions sont souvent plus claires et dynamiques que l’équipe Bertholet. On voit que le candidat les a travaillé même si beaucoup sont encore à l’état d’ébauche.

Néanmoins, à lire le détail de ses propositions, Georges Perret est loin d’être le clown que certains se sont amusé à brocarder. Je partage tout à fait beaucoup des critiques qu’il émet. En tout cas, son projet de réconcilier la ville avec le monde économique local me semble refléter un vrai besoin ? Y arrivera-t-il ? Début de la réponse dimanche.

Publicités

Written by leromanais

7 mars 2008 à 17 h 12 mi

Publié dans municipales

Tagged with

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. bonjour est il vrai que Mr Perret avait postulé au poste de directeur de la communication à la ville de romans il y a 3 ans ?

    citoyen romanais

    8 mars 2008 at 14 h 03 mi

  2. Le programme de Mr Perret mis à la une la veille de l’élection…………

    Fabien

    9 mars 2008 at 8 h 11 mi

  3. Oh, Fabien, vous savez, sur l’internet, l’important est plutôt d’être là depuis longtemps que depuis peu de temps. J’ai été trop occupé pour le faire plus tôt. C’est tout. Mais ne vous inquiétez pas ce serait vraiment dire n’importe quoi qu’un modeste avis d’un citoyen parmi d’autre puisse avoir une quelconque influence.

    Hubert Guillaud

    9 mars 2008 at 23 h 04 mi

  4. C’était juste pour faire remarquer qu’il passait en tête du blog…

    Fabien

    9 mars 2008 at 23 h 10 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :