LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Municipales 2008, programme, mon beau programme : le programme Thoraval

with 6 comments


Le programme Thoraval. Le programme Thoraval (.pdf), disponible sur le site, tient – pour l’instant – en 4 minces pages. Et vous aurez beau chercher sur le site de la liste UMP, vous n’y trouverez pas grand chose d’autre (espérons que cela va se meubler un peu). Un catalogue de croyances (« nous croyons ») creuses agrémentées de 10 engagements (développés succinctement ici) et 10 actions délivrées sans l’once d’une modalité concrète (ça va peut-être venir ?).

Le nuage des mots clefs du programme fait bien ressortir cette vacuité :

Le programme en 10 points
Alors nous sommes contraint de nous arrêter sur les 10 points du programme :

1. Romans, une ville attractive et dynamique
2. Des finances assainies et équilibrées
3. Un développement industriel générateur d’emplois dans une logique de développement durable
4. Le coeur de ville le plus performant du Sud-Est
5. Une circulation dynamisée par une organisation efficace et un stationnement intelligent
6. Un hébergement valorisant notre patrimoine
7. Des associations accompagnées et responsabilisées par une charte de transparence
8. Un conseil municipal des jeunes entreprenant
9. Une ville sûre et couverte par un réseau de vidéo-surveillance
10. Un adjoint dévolu à l’écoute de votre quotidien

On ne sait rien de comment la candidate compte développer les 4 premiers points de son programme, appels incantoires que tous les candidats pourraient reprendre à leur compte. Les point 5 et 6 font visiblement références à sa volonté de bouleverser la circulation du centre ville et de développer le tourisme qu’elle évoquait en interview : je ne suis pas sûr que changer le sens de circulation du centre ville va soulager les problèmes des Romanais, ni qu’on puisse appeler, de ses voeux un meilleur réseau d’hébergement, quand celui qu’on connait déjà est si mal mis en valeur (le parc hôtelier ou de maison d’hôtes de la région n’est pas nul pour une ville qui n’a pas les atouts d’une capitale départementale, mais qui le connaît ? Qui le met en valeur ?).

On aimerait en savoir plus sur cette « charte de transparence » pour les associations (transparence sur quoi ? Sur les fonds alloués ? Sur la politique menée en leur sein ? Est-ce une attaque contre les maisons de quartiers ?…).

Un conseil municipal des jeunes, il y en a déjà un si je ne me trompe… Il est très rare qu’il soit entreprenant (et il ne saurait pas l’être sans qu’une part de budget lui soit alloué, est-ce ce que signifie cette proposition, j’en doute ?).

Très surprenante proposition que cet adjoint dévolu au quotidien : cela signifie-t-il que les autres ne le seront pas ? Faut-il y lire une remise en question des mairies annexes ?

videosurveillance.jpgQuant à la plus lourde erreur de ce programme, à mon avis, le point 9, sûr le réseau de vidéo-surveillance sincèrement, je ne comprends pas du tout. D’abord, les réseaux de vidéo surveillance sont très chers a implémenter (et la candidate ne cesse de répéter que la ville n’a plus un kopeck). Ensuite, les réseaux de vidéosurveillance ne protègent personne et ne sont pas toujours disuasifs : ils facilitent seulement la répression – une répression qui peut ainsi s’étendre à des délits mineurs. Hors, la médiation et le travail social sont souvent bien plus « sécurisants » que la répression à tout crin. Sans compter que personne, pas même le conseil municipal, ne contrôle l’usage qui est fait des caméras.
Ensuite, on le sait, ils ne font bien souvent que déplacer les problèmes à la périphérie des regards de ces caméras (les délinquants s’adaptent finement aux faiblesses des dispositifs, et ce sont les communes environnantes ou les zones d’ombres qui, au final, risquent de supporter les déplacements des problèmes romanais) – voir les propos de chercheurs sur ces sujets : « Dans aucun cas, la vidéosurveillance n’est une mesure à tout faire. » Enfin, et surtout, on voudrait plutôt que la police réagisse mieux au moment où c’est nécessaire plutôt qu’elle reste derrière des écrans ou derrière sa grille (voir ces lamentables histoires). En tout cas, si madame Thoraval est élue, y’a des prestataires de services qui vont se frotter les mains (coût d’implantation, de déploiement, de maintenance, de surveillance…). Autant d’argent qu’on pourrait mettre sur le terrain, à des services de proximité : mais comme souvent, nos élus préfèrent financer des machines que des hommes.

Bref, ce lamentable projet est celui qui semble le plus concret de tout ceux que nous proposent la candidate. Je ne le partage pas une seconde.

Les 10 engagements
Jetons un oeil sur les engagements : là encore beaucoup de flou ! Juste quelques points qui attire mon attention :

– rendre compte au moins une fois par an auprès de la population ? Est-ce à dire que nous aurons droit à des réunions publiques sur le budget, comme nous le propose également l’équipe Bertholet depuis 3 ans ? Chouette ;-(
– Associer les citoyens aux prises de décisions : certes, tout le monde le clame, mais si vous ne nous dites pas comment on va penser que ce n’est qu’une belle parole de plus !
– 5% de réduction des gaz à effet de serre, certes, mais comment ? En réduisant le chauffage des bâtiments publics ? Quel outil de mesure allez-vous mettre en place pour mesurer cette réduction ?
– Quelle différence dans votre engagement auprès des seniors par rapport au programme Bertholet : les mots sont quasi les mêmes !
– Soutenir des logements diversifiés, soit : mais engagez-vous sur des chiffres ! Combien de logement d’ici la fin du mandat ? Quelles aides allez-vous proposer ? Quels montants ? Pour qui (propriétaires, locataires ?) ?
– Un forum de la création, comme à Bourg-de-Péage ? Non merci !
– Quels étudiants vont venir faire du tutorat à Romans : il n’y a pas d’étudiants à Romans si vous ne l’avez pas encore constaté !
– Agir pour les nouvelles technos, soit, mais concrètement, comment ?
– développer l’écoute et l’accueil des victimes ? Comment ? Face à une caméra de vidéosurveillance sans micro ?…

Je m’énerve, mais encore une fois, pas grand chose de concret à se mettre sous la dent dans cette communication à l’économie. Espérons que d’ici le 6 mars il y aura quelque chose de plus fourni à se mettre sous la dent. En attendant, dormez bonnes gens, semble nous dire madame Thoraval ! Enfin et surtout, il n’y a pas de structures visibles dans ces listes de propositions : juste un ensemble disparate de propositions collées bout à bout. On attendait plus concret !

PS : Pour utiliser les nuages de mots clefs : Les mots qui apparaissent le plus apparaissent en plus grand. Lorsque vous passez la souris sur chaque mot, vous voyez combien de fois il a été utilisé par le candidat dans son programme. En haut à gauche, vous pouvez cliquez sur “1 word” ou sur “2 words”. Dans le premier cas, c’est un nuage des mots isolés, dans le deuxième un nuage des expressions de deux mots les plus utilisées par chaque candidat. Ce nuage exploite le programme .pdf de la candidate et la page des engagements, que l’on trouve sur son site, qui sont les seuls documents à notre disposition pour l’instant. Merci à Sébastien Bailly qui m’a mit sur la piste de cet outil.

Bien sûr, je vais vous livrer mon commentaire sur les autres programmes…

Publicités

Written by leromanais

19 février 2008 à 23 h 11 mi

Publié dans Actualité, municipales, Politique

Tagged with

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Hum, on attend une analyse tout aussi objective sur les autres programmes…

    Quoi qu’il en soit, après avoir consulté les sites des listes de gauche et de droite romanaises, il semblerait que les termes « rovaltain » et « communauté d’agglomération » soit inconnus…

    Pourtant, on parle de Rovaltain comme zone d’activité économique qui pourrait créer à termes 15 000 emplois, ça pourrait intéresser les Romanais, non ?
    Quant à la création d’une communauté d’agglomération avec des vraies compétences et services mutualisés entre communes centres et rurales (bien conscient que ça ne peut se faire en un claquement de doigt), n’est-ce pas l’outil indispensable pour faire rentrer l’action publique dans le 21ème siècle ? Ca pourrait aussi intéresser les Romanais

    Ceci dit, je viens de voir que la Gauche Péageoise parle de Rovaltain comme un enjeux principal et, oh surprise, ancre sa commune dans son territoire environnant « L’intercommunalité a un sens quand elle a pour seul objectif de mieux répondre aux besoins des habitants. Aujourd’hui, une famille vit, étudie, travaille, consomme sur un territoire allant de l’agglomération romanaise à l’agglomération valentinoise »

    Bref, nous Romanais, y’a pas moyen de voter à Bourg de Péage ?

    arancio

    20 février 2008 at 23 h 02 mi

  2. Certes Arancio. Cependant, si j’ai bien compris, Nathalie Nieson, à BDP voit l’intercommunalité un peu comme Didier Guillaume, son mentor. Très grande, donc dans le plus d’années possibles. 😉

    Hubert Guillaud

    20 février 2008 at 23 h 16 mi

  3. Bonjour ARANCIO,
    Si si dans le programme complet (21 pages) de notre liste, il y a bien mention de continuer à faire progresser l »intercommunalité et Rovaltain.
    Cordialement

    philippe

    21 février 2008 at 16 h 48 mi

  4. Rovaltain = un 3eme pont. Et là les choses se compliquent énormement..

    Concernant le programme de Thoraval, le discours du permanent du local Ump que j’ai entendu le mois dernier était totalement effrayant: soumettre les associations à un critére de rentabilité sociétale, installer des caméras de partout, supprimer les emplois communaux « externalisables » (entretien des véhicules, etc..)

    poney

    29 février 2008 at 12 h 32 mi

  5. Parce que poney, une ville en faillite ça ne t’effraye pas …….
    Moi un peu quand même, et une nouvelle politique avec de nouvelles têtes ne pourra faire que du bien à Romans.

    Fabien

    5 mars 2008 at 23 h 26 mi

  6. Fabien,
    Encore un qui se fait avoir par la rumeur ! Savez-vous ce qui est principalement reproché à la municipalité par le préfet ? et bien simplement le rattachement des ICNE (intérêts courus non échus c’est à dire les intérêts que l’on paie sur les emprunts) à l’année de décaissement et non à l’année comptable !! Il ne s’agit pas d’une faillite mais d’une question d’orthodoxie comptable. Et c’est ça la cause de tout ce pataquès ! il faut arrêter de tout mélanger. Quant à la dette, je veux bien que l’on discute de sa structuration (type d’emprunt) mais la ville a toujours remboursé ses emprunts. Il n’y a donc pas de faillite. la faillite c’est quand on est en cessation de paiement ce qui n’est pas le cas. ca irait aussi mieux si l’état payait les subventions à l’heure et non pas avec 1 à 2 ans de retard.

    philippe

    7 mars 2008 at 17 h 11 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :