LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Quelle communauté d’agglomération pour Romans ?

with 3 comments


La Tribune de Didier Guillaume sur la Communauté d'AgglomérationAu détour du dernier Drôme magazine (.pdf), page 19, notre oeil est attiré par un encadré vert intitulé : « A quand une grande agglomération Valence-Romans ? »

Voilà longtemps que le Président du Conseil Général de la Drôme rêve d’une « méta-agglomération » drômoise. Mais quelle est-elle cette communauté d’agglomération ? Quelles sont ses limites exactes ? Quelle est la cartographie de ce territoire qui doit être d’un seul tenant et sans enclave, comme le rappelle la loi ? On voudrait bien qu’il soit plus précis et que les élus qui le rejoignent se déclarent également. Quand on voit déjà que les deux villes jumelles des rives de l’Isère n’arrivent pas à s’allier alors que leurs maires sont du même parti politique, comment envisager demain convaincre un ensemble qui pourrait monter jusqu’à une centaine de communes sur les 269 que comptent de la Drôme avec d’autant plus d’intérêts divergents ?

Les intercommunalités ne sont pas le fort du département (la capitale Drômoise et ses villes limitrophes ne font parties d’aucune interco).

On voudrait bien que Didier Guillaume soit plus précis sur son souhait. A moins qu’il ne ravive cette idée pour prolonger son immobilisme sur la question et renvoyer les promoteurs de solutions plus raisonnables et certainement plus envisageables (comme une communauté d’agglomération entre Romans et Bourg-de-Péage), aux oubliettes. Le rêve du président semble surtout une belle manière de botter en touche – et de prendre les citoyens pour des imbéciles.

Oui on sera certainement plus fort à 70 qu’à 35, mais encore faudrait-il que se dessine une vraie volonté politique et pas un affichage de pacotille qui ne trompe personne.

Publicités

Written by leromanais

5 décembre 2007 à 23 h 37 mi

Publié dans Actualité, Politique

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. l idée sur le papier est tres interessante… mais de la a sa realisation …. ca vas etre long tres long …. on voit deja entre nos deux communes romans et bourg de peage….qui sont pourtant du meme bord.

    alain.fournier26260@

    6 décembre 2007 at 9 h 46 mi

  2. « De même bord » à Romans et Bourg-de-Péage ?
    Globalement oui, mais quand on y regarde de plus près, pas tout à fait !

    En effet, il n’y a pas de composante verte dans le conseil municipal de Bourg-de-Péage !

    Et, notamment sur ce thème-là, cela fait sacrément la différence puisque nous sommes de longue date, des défenseurs farouches, au niveau des « Verts du pays de Romans et de Bourg-de-Péage » de la création d’une agglomération au niveau des deux communautés de communes de chacune des deux rives (et éventuellement, si elle le désire, avec celle de saint Donat).

    Même si des syndicats thématiques, à géométries variables, existent parfois déjà sur certaines compétences ponctuelles, sur le fond l’agglo permettrait de gérer nombre de thèmes de manière beaucoup plus cohérente (transports, eau, économie, assainissement, lecture publique, enseignement musical,…).

    De plus, la lisibilité pour le grand public serait bien meilleure : quel citoyen lambda est capable aujourd’hui d’identifier et de citer l’ensemble des syndicats thématiques et autres conventions de partenariats diverses et variées permettant de tenter de travailler au niveau intercommunal entre les deux rives ? Sachant que cet ensemble hétéroclite et opaque (…mais peut être est-ce le but ?) pourrait avantageusement être remplacé par une seule structure efficace et bien identifiée !
    Mais… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

    On se plaint parfois de la distance existant entre les structures interconnunales et les citoyens. Si l’on passait en agglo le nombre de structures serait réduit à une seule et les « empilements de niveaux de délégations » seraient réduits au mieux, dans le cadre de la loi actuelle (loi chevénnement).

    Ainsi, par exemple, la compétence économique, assurée aujourd’hui par un syndicat constitué des deux communautés de communes (CC) appelé « Romans, Bourg-de-péage Expansion » (RBE), même s’il a pour mérite d’exister et de permettre de penser l’économie de manière plus cohérente au niveau du bassin de vie, n’en est pour autant pas moins piloté par des délégués de ces 2 CC, …eux mêmes délégués par les Conseils Municipaux, …eux-mêmes élus par la population (…On y arrive quand même !) !

    Avec une Communauté d’Agglomération (CA), cette compétence serait pilotée par une vice-présidence issue directement de l’assemblée communautaire. On reviendrait alors à 2 niveaux de délégation seulement, ce qui nous semble grandement préférable !
    (Même si nous pensons que c’est encore trop et que le législateur devrait introduire la notion de suffrage direct pour les regroupements de communes)

    Aujourd’hui la complexité, tant au niveau géographique (par ex les transports en commun sont pilotés au niveau du SITARP seulement sur les deux communes de Romans et de Bourg-de-Péage -même si nous avons initié un travail en cours d’élargissement de ce périmètre- , alors que la compétence économique vient de passer au niveau du territoire des 2 CC par le biais de « RBE »), qu’au niveau du nombre des structures (SITARP, RBE,..) et autres conventions thématiques, fait que le public est encore plus éloigné des structures démocratiques.

    J’ai bien peur que l’argument de la « grande agglo de Valence et de Romans » ne soit , pour le président du CG26, qu’une manière de continuer à refuser l’évidence de la pertinence d’une agglomération « romano-péageoise » (et leurs territoires ruraux associés), en mettant en avant un objectif non-aténiable, qui, de plus, ne serait pertinent à notre sens qu’une fois le travail en agglos « locales » (Celle de Valence et celle de Romans) déjà effectif.

    A l’instar de ce qu’il fait dans l’encart du « DrômeMag » il a, après que j’ai appelé de mes voeux la création d’une agglomération du Pays de Romans à propos de la thématique transport lors de mon intervention* pendant l’inauguration de notre nouvelle « gare multimodale », balayé cette hypothèse en mettant en avant une hypothétique agglo Valence-Romans arguant du fait que concernant les transports on ne peut pas imposer de limites !

    Il faut savoir d’abord qu’une « grande » agglo aurait aussi des limites (donc cet argument ne semble qu’un « effet de manches »), mais que surtout, l’intégration billetique, mentionnée dans l’encart publié dans le mensuel du CG26, est déjà en cours de réalisation au niveau local, interdépartemental …et régional (cf Carte Oura)!

    Dernier argument, et non des moindres, celui des finances : il faut savoir que depuis 10 ans que l’agglomération n’arrive pas à se faire, principalement du fait de la position crispée des élu-e-s de la rive gauche, ce sont plusieurs dizaines de millions d’euros de dotations d’Etat, dont le « Pays de Romans » (au sens large intégrant donc le canton de BdP) ne bénéficie pas !

    Pour finir, au-delà des autres arguments de fond à placer en avant, je ne pense donc pas que ce refus de dotations de la part de l’Etat soit défendable !

    Cordialement

    Jean-Marie Chosson
    Elu Vert à Romans,

    *texte disponible.

    Jean-Marie Chosson

    7 décembre 2007 at 22 h 58 mi

  3. Peut-être faut-il attendre la réforme administrative de 2008; si la communauté d’agglomération y survit ?

    baptiste

    20 décembre 2007 at 18 h 03 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :