LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

La démocratie ne nécessite pas de débat

with 8 comments


En cherchant à aller au devant des candidats pour leur poser quelques questions sur leurs programmes, évoquer leurs bilans, discuter des idées qu’ils souhaitent proposer aux citoyens, à droite, à gauche, d’un côté comme de l’autre de l’Isère, on me répond partout : « C’est trop tôt ! » « Les listes ne sont pas constituées ». « Repassez en décembre ». « En janvier ». « Vous savez, en 2001, nous n’étions pas parti avant février ! »… L’Impartial essaye chaque semaine de nous servir une interview où chacun s’empresse surtout de ne rien dire. Comme à la télé, on discute de qui sera tête de liste plutôt que de causer des projets, des programmes, des idées. On critique l’opposant plutôt que d’énoncer ses propres propositions.

Les tractations internes entre les uns et les autres ne sont pas du ressort public. Soit. A la rigueur (j’ai des doutes). Mais les débats sur les bilans (de ceux qui sont au pouvoir, comme de ceux qui sont dans l’opposition), les discussions sur les projets, elles, devraient l’être. Et discuter des projets ne veut pas dire que les citoyens doivent signer en bas de deux pages de programmes inamovibles qu’on leur enverra fin février, si ? Le débat, on a plutôt l’impression que les politiques s’en défient comme de la peste. Ou alors s’ils l’organisent eux. S’ils le maîtrisent le mieux qu’ils peuvent. Dans les cadres qu’ils définissent. « Les habitants on les rencontre, on les connait ». « Quand on un projet on le leur expose ». « On fait de la démocratie de terrain, nous ». Et alors, faut-il s’en contenter ? Est-ce parce qu’on prend le pouls à un endroit qu’on ne doit pas le prendre ailleurs ? Est-ce parce qu’on discute d’un projet avec certains des partenaires qu’on ne doit pas demander leur avis aux autres (ceux qui ne le sont pas car ils ne savaient pas, ceux qui ne le savent pas et pourraient l’être, ceux qui n’ont pas de raison de l’être a priori et qui finalement devraient l’être…) ?

C’est étrange tout de même que les hommes politiques cherchent à minimiser le débat, à le faire disparaître pour mieux faire disparaître les oppositions, les critiques, les coups de gueule… On le confisque sous couvert que cela peut instiller un doute dans l’esprit du citoyen, alors que le doute est le seul moyen de réaffirmer ses convictions, son intelligence, son esprit critique. C’est en ayant pesé le pour et le contre qu’on prend les meilleures décisions, il me semble non ? Ce n’est pas parce qu’on critique un projet, qu’on émet des réserves ou fait des suggestions qu’on ne le signera pas même si elles ne sont pas prises en compte, si ? L’important, c’est d’entendre les arguments de chacun. C’est cela, non, le débat démocratique ? Au final, quand je lis les billets des uns, les commentaires des autres, cela aide à me construire mon avis. Croyez-vous vraiment que pour beaucoup de gens la règle du dernier qui a parlé à raison soit valable ? Sur l’instant peut-être, mais ça ne dure jamais longtemps, non ?

Citoyens Romanais, Péageois, dormez tranquille. On s’occupe de vous pour votre bien. On vous donnera la liste en temps et en heure. Vous n’aurez plus qu’à glisser votre bulletin dans l’urne. Un peu comme aux dernières législatives. La démocratie ne nécessite pas de débats.

Publicités

Written by leromanais

19 octobre 2007 à 9 h 55 mi

Publié dans Réaction

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. je pense que tu es en train de comprendre comment ça marche,et du coup… pourquoi ça ne marche pas.

    quand tu as compris celà,la question qui suit est la suivante:pourquoi nos barons locaux agissent-ils ainsi?
    parce que pour eux ,l’important n’est pas le dialogue,la démocratie,la justice ou des « utopies » telles que l’intérêt général:
    l’important est LE POSTE,le pouvoir,l’argent et la situation qui vont avec.

    tout ça ne s’est pas fait du jour au lendemain,tout doucement l’information a été captée par les journaux régionaux qui se sont trouvés des intérêt communs avec nos élus.
    tout le monde se tient et l’information est bloquée.
    les rêgles sont en place…
    la tour d’ivoire entre les élus et ceux qui subissent est érigée.

    quand on est protégé par ce système,notemment depuis 3 mandats,tout débat démocratique devient un danger.
    tu as bien vu sur le blog de Bertholet que la moindre critique devient une diatribe insignifiante.
    et que la réponse finale est …le silence.

    c’est aussi comme ça qu’un rapport de la cour des comptes qui met en lumière des salaires non justifiés devient insignifiant.

    j’ai écrit sur mon blog que je trouve ta volonté d’information courrageuse car ce n’est pas tout d’avoir un nouvel outil de communication,il est important que certains sachent s’en servir pour combler les lacunes de ce qui existent dans le système précédant.

    les adhérents du PS disent que je tape tout le temps sur leurs élus,
    ce n’est pas le PS que je combats,c’est ce déni de débat démocratique qu’ils ont institutionnalisé.

    penser pour les autres,notemment les pauvres,sans jamais leur demander leur avis,voilà leur fonctionnement actuel.
    et,pour moi,ça n’a rien à voir avec les idées de gauche.

    un jour,un politique va comprendre les nouveaux enjeux,faire de la vraie démocratie participative ( pas l’erstatz que la copine de Bertholet veut mettre en place),et il ou elle va leur prendre leurs places si chères.

    pascal

    paysan bio

    19 octobre 2007 at 13 h 52 mi

  2. Je suis moins d’accord avec toi là dessus Pascal. Je n’y vois pas une grande coalition ou un grand complot contre le citoyen, ni un volonté délibérer du pouvoir pour le pouvoir (et encore moins de l’argent pour l’argent, quitte à en gagner, autant faire autre chose que de la politique). Je pense que ce sont surtout des pratiques et des habitudes que la facilité a installé et que rien n’encourage à aller contre. Il est plus facile de prévoir son évènement, d’en maîtriser la communication, de gérer le dérangement que de discuter avec les gens des projets en train de se faire. Que des les ouvrir au plus grand nombre. On se retrouve entre partenaires pour discuter d’un projet. On garde nos habitudes. Pourquoi s’embêter à en débattre ? Que vais-je y gagner si ce n’est plus de critiques ? Votons le projet et exposons-le ensuite. On rectifiera ce qu’on peut en cours de route et tant pis pour ceux qui ne sont pas contents. Or tous les spécialistes disent le contraire : il faut laisser le débat avoir lieu, les arguments s’affronter pour que les projets soient mieux armés.

    Finalement l’alternance arrange bien les choses. En guise de débat, les citoyens passent d’un camp à l’autre et ça ne résout rien, car les pratiques sont identiques. Or c’est d’elles dont il faudrait discourir. C’est elles qu’il faudrait essayer de remettre en cause sans arrêt, de renouveler sans cesse. On n’en prend pas le chemin.

    Encore une fois, cela me rappelle le maire de Curritiba au Brésil qui a instauré comme règle que tout problème soulevé devait avoir sa réponse argumentée dans les trois jours. En positif comme en négatif, voir en complément d’enquête argumentée. Quel formidable dynamisme une règle pareil pourrait donner à une société, non ?

    Hubert Guillaud

    19 octobre 2007 at 14 h 18 mi

  3. tu connais beaucoup d’élus qui ont eu le pouvoir et qui l’ont abandonné volontairement afin de laisser une chance aux autres de l’exercer?

    mais bon,tu as raison,ce n’est pas leur motivation qui compte mais le résultat de leurs actions.

    tu sais que les services de la mairie de Romans se sont engagés à répondre rapidement à tous les courriers des administrés concernant leur gestion?

    seulement il y a réponse et réponse.
    ça se résume en général par un : »c’est comme ça » inséré dans des formules de com.

    seule la mairie a la connaissance de tous les courriers.le citoyen est seul avec sa question et la réponse qu’il reçoit:la relation est totalement déséquilibrée.

    la démocratie c’est la transparence des questions et des réponses afin que tous les citoyens puissent profiter des débats et puissent s’organiser en connaissance de cause:
    ça s’appelle la publicité des débats.
    c’est la base de la démocratie participative.
    l’inverse des pratiques Romanaises

    pascal

    paysan bio

    19 octobre 2007 at 20 h 47 mi

  4. Chez nous Hubert, çà a commencé(comme tu as pu le voir et le verra encore plus lundi !) mais pour l’instant un seul candidat déclaré ! avec un faible programme…

    weetabix

    19 octobre 2007 at 22 h 20 mi

  5. La démocratie locale et nationale est un vaste chantier, il est souvent dur de faire changer les personnes et habitudes en place depuis fort longtemps…
    Nous essayons avec nos petits moyens et temps disponbles de travailler sur les enjeux de ces futurs élections, nous avançons doucement , mais nous espérons participer aux débats assez rapidement . Les citoyens engagés que nous sommes, n’avons aucune ambition personnelle même si nous savons que pour appliquer nos idées et valeurs , il est nécessaire d’être représentés pas des élus.Alors oui il y a des tractations et des appels à l’ouverture !!! ( tiens quel phénomène de mode !! ), mais de notre coté notre principale préoccupation : un programme en cohérence avec les attentes des romanais, nos travaux et actions seront bientôt visibles…

    Nous sommes discrets pour l’instant mais pas inactifs.

    Patrice CLEMENT
    UDF / Mouvement démocrate

    Patrice

    20 octobre 2007 at 13 h 47 mi

  6. Bonjour Hubert,

    Je ne savais pas comment te faire parvenir cette info mais cela peut t’intéresser. Voici le lien:
    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=54066
    OT

    Démocratie italienne

    25 octobre 2007 at 12 h 18 mi

  7. hubert juste une remarque sur le poste de nos élus et son traitements .
    connais tu l equivalent en salaire d un deputé dans le privée … si oui a quel poste et avec quels responsabilitees?
    pourtant il y a une grosse difference… un deputé qui se trompe aucune sanction , un privee qui se trompe a ce salaire la…. il est virée

    fournier

    26 octobre 2007 at 20 h 07 mi

  8. Au débat citoyens !

    Merci à Hubert, Lionel et les autres de proposer un espace de débat local sur Internet auquel je veux bien contribuer. Pour ma part, je ne revendique ni d’être « tête de liste » ni de solliciter un plébiscite. Je propose seulement que les citoyens s’emparent du débat majeur sur le devenir de la ville de Romans et de l’agglomération.
    Pour ce qui est du débat en direct et de l’échange d’idées, je propose un « Forum citoyen » qui aura lieu chaque dimanche matin à partir du 11 novembre, place Maurice Faure, où la nouvelle association « Romans d’avenir » tiendra une permanence ouverte au public.
    Qu’on se le dise !
    Georges Perret, initiateur du rassemblement citoyen romanais.

    Georges Perret

    27 octobre 2007 at 21 h 51 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :