LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Le marché de la location en mode hyperlocal

with 2 comments


Une perceuse a une durée de vie de combien d’année ? Ca dépend de l’utilisation qu’on en fait me direz-vous, mais la plupart ne servent à faire que quelques trous dans leur vie. Et pourtant, la plupart d’entre nous en possédons-une, qui dort dans sa boîte à la cave ou au garage, 364,9 jours par an.

On pourrait dire la même chose de bien des outils qu’on utilise. Notre tondeuse roule combien d’heure dans l’année ? Notre sécateur coupe combien de branche ? La yaourtière ou l’appareil à raclette, vous vous en servez combien de fois par an, vous ? La remorque, vous l’accrochez souvent au cul de votre voiture ? Et même notre vélo ou notre moto, dorment la plupart du temps au fond du garage…

La société de consommation nous propose de nous porter propriétaires de biens dont nous avons pourtant bien peu l’utilité. Plutôt que de nous permettre d’acheter pour une somme modique quelques trous de perceuses, deux soirées raclettes annuelles, on nous vend une perceuse complète, l’appareil en teflon à vie, et la garantie qui va avec ;-).

zilok.jpg
C’est pourquoi je me dis qu’il y a une idée intéressante dans Zilok (comme Loczilla, son prédécesseur). Cette place de marché de la location vous propose de louer et de proposer à la location, entre particuliers, tout ce que vous voulez : articles de bricolage, de sport, habillement, outils informatiques, électroménager, mobilier, véhicules, etc.

Reste que cette location, sur des objets courants, peut-elle donner lieu à un « marché » ? Ca dépend des pièces proposées me direz-vous, de leur prix de base. Plus les produits sont chers ou spécifiques, plus le marché de la location est possible, comme on le connait avec les appartements ou les véhicules ou sur les déguisements ou l’outillage pour la construction. Sur des types de bien spécifiques, certains, comme kiloutou, en font déjà un business. Est-ce que ce marché de la location peut-être étendu, à la manière d’un eBay de la location ? C’est ce que se propose de tester Zilok, qui ouvre pour l’instant gratuitement, avant que de, dès janvier 2008, prélever un forfait de 5 à 10 % sur toute location réalisée par son intermédiaire (ainsi qu’un forfait pour chaque dépose d’objet du type eBay certainement : plus cher pour la photo, pour l’annonce en Une du site, etc.).

Reste que pour beaucoup d’outils, on est typiquement dans un cadre d’échange solidaire (je te prête ma tondeuse, tu me prête ta yaourtière). Pas sûr que la location à quelques euros d’une perceuse soit un enjeu tant pour le loueur que pour le locataire. Reste enfin qu’il ne me semble pas certain que tout cela puisse avoir un impact plus large qu’hyperlocal. Je veux bien louer la tondeuse ou la perceuse de mon voisin deux euros, mais suis-je capable de faire 3 kilomètres pour la récupérer et la rendre ?

Il me semble que ce type de logique – et de logiciel – ne peut avoir qu’un impact à l’échelle hyperlocale. Dit autrement, j’aimerais pouvoir créer mon Zilok de voisinage, avec les 40 volontaires de mon quartier qui seraient prêt à échanger entre eux (avec des règles claires, une étiquette comme on dit) les objets de leur choix. Je prendrais bien le vélo de mon voisin pour aller en ville et lui prêterais sans soucis ma tondeuse en échange. J’utiliserais bien la perceuse du menuisier d’à côté en échange de ma remorque. J’utiliserais bien l’échafaudage de l’entreprise d’en face en échange d’une bouteille de vin. Ce type de système existe déjà à travers les SEL par exemple (sur un mode plus service que prêt de produits tout de même), mais ceux-ci ne sont pas forcément sur les produits et dépassent souvent le quartier, or c’est bien celui-ci qui devrait être le noeud d’action (je vais pas aller emprunter en voiture le vélo d’un gars de Génissieux pour aller au marché de Romans en vélo).

En tout cas, à la question de savoir ce qu’on pourrait faire sur un quartier, voilà un type d’outil – logiciel -, qui pourrait tout à fait donner lieu à une expérimentation concrète de terrain. Suffirait de trouver des gens motivés et connectés pour construire un réseau d’échange hyperlocal. L’outils en ligne permettant de rappeler les règles d’échanges, les disponibilités des produits et des personnes. Qui s’y met ?

Publicités

Written by leromanais

2 octobre 2007 à 11 h 24 mi

Publié dans Economie, Environnement

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Très bonne idée à mon avis !
    Je pense que cela devrait pouvoir se développer au sein du SEL de Romans.

    L’échange d’objets (donc d’outils) et d’ailleurs effleuré vers la fin de l’interwiew de Marie-France…

    (Bonne lecture…)

    J-Marie

    2 octobre 2007 at 23 h 07 mi

  2. Juste pour garder souvenir de ce réseau social pour mon immeuble, qui pourrait aller dans le même sens. A creuser.

    Hubert Guillaud

    17 octobre 2007 at 18 h 35 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :