LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Législatives et internet : 3 circonscriptions à la loupe

with 2 comments


Julien Urgenti de Chérie FM m’a demandé une petite analyse qui regarderait comment les candidats de la 2e circonscription de l’Ardèche, de la 1ère et de la 4e de la Drôme utilisent l’internet à l’aube de ces législatives. Un petit travail qui nécessite déjà de tirer les listes de sites au clair – merci à Point d’actu de la Bibliothèque Municipale de Lyon qui a recensé la plupart des sites des législatives en Rhône-Alpes et qui nous a fait gagner du temps dans cette recension. La recension est suivie d’une analyse des points faibles et points forts de ces sites et d’une petite conclusion qui montre s’il en était besoin qu’on peut tirer des enseignements de ces législatives en lignes localement, pour préparer dès à présent les municipales de 2008.

Recension des sites politiques

Sur la 2e circonscription de l’Ardèche, où le fauteuil est le plus disputé et disputable :
– Claude Richard, FN
– Michel Rouby, MNR
– Christophe Frachon, MPF
Gérard Weber, UMP, candidat sortant.
Jacques Dubay, Divers Droite
Dominique Chambon, UDF/MoDem
– Patrick Schoun, La France en Action
– Véronique Faure, CPNT
Olivier Dussopt, PS
– Jean-Claude Mourgues, Les Verts
– Brigitte Inglese, Le Trèfle / Mouvement Hommes Animaux Nature
– Béatrice Cauvin, Lutte Ouvrière
Jean Fantini, Gauche Populaire Anti-Libérale
– Odette Gorisse, LCR

Sur la 4ème circonscription de la Drôme, les enjeux sont réduits :
– Bernard Pinet, FN
– Claude Estivant, MNR
Philippe Labadens, MPF
Gabriel Biancheri, UMP, député sortant
Gérard Oriol, UDF/MoDem
Catherine Coutard, PS, MDC, PRG
Jean-David Abel, Les Verts
– Françoise Caruso, Le Trèfle / Mouvement Hommes Animaux Nature
– Jean-Marc Durand, PCF
– Marie-Christine Seeman, LO
– Yannick Vitton-Mea, LCR

Sur la 1ère circonscription de la Drôme :
– Nathalie Franquet, FN
– Laurence-Sylvie Baffert, MPF
Patrick Labaune (ce blog est en déshérence), UMP, député sortant
Rosalie Kerdo (le blog), UDF/MoDem
– Michel Capelasse, Mouvement écologiste indépendant
– Geneviève Dussoulier, La France en Action
Zabida Nakib-Colomb, PS
Michèle Rivasi, Les Verts
– Danielle Garnier, PCF
– Alain Terno, LO
– Marie-Odile Chevalier, LCR

Certains candidats n’ont pas de site ou préfèrent concourir derrière la bannière de leur parti, mais avec une décentralisation de l’information parfois intéressante comme le Blog de la LCR en Drôme, celui de Lutte Ouvrière Sud-Est, le FN Rhone-Alpes, le blog de l’UMP Valence, le blog de l’UDF-Modem en Drôme (ici aussi), à Valence, ainsi que celui des jeunes UDF de la Drôme, le MPF départemental, le PCF Drômois ou celui des Allobroges, les Verts Drômois, le PS de Valence ou de la Drôme ou à Romans

Sans oublier dans ce concert, les quelques autres sites qui marquent l’attention comme les sites valentinois (Gérard Bouchet, le blog de Valence ou J’aime Valence) ou encore le blog de soutien à Catherine Coutard initié par un militant fervent.

Analyses
Premier constat : les sites et blogs personnels ne sont pas le fait des plus petits candidats, au contraire. Les candidats de la longue traîne sont quasiment inexistants sur l’internet, alors qu’on pourrait penser qu’ils ont le plus à convaincre, donc à montrer, en ligne comme dans le réel. Ce n’est pas le cas. Ils ne sont tout simplement pas là !

Second constat : Pas facile de trouver l’équilibre entre dispersion et concentration. L’UDF-MoDem s’est éparpillé en une galaxie de sites et de blogs dont la cohésion échappe à celui qui cherche de l’information et qui, au final, risque plutôt de desservir la cause par son côté brouillon. Pour autant, cette débauche d’énergie fait exister certaines initiatives : le blog de Rosalie Kerdo, riche en vidéo, permet de découvrir l’énergie communicative de la candidate. Autre stratégie, plus intégrée, le Blog de la LCR en Drôme, qui par sa structuration et sa cohésion, se révèle assez riche et efficace.

Troisième constat : l’interaction et la visibilité restent faibles. Conséquence logique de la jeunesse de la plupart de ces espaces ou de la faible énergie qu’y mettent les candidats (sitôt nés, sitôt disparus), les commentaires sont encore plus rares que les billets. Les vidéos postées par les candidats sont en moyenne vues, intégralement, entre 150 et 350 fois. Ce qui, pour des vidéos souvent longues, n’est pas si mal, mais reste anecdotiques sur des circonscription qui comptes plusieurs dizaines de milliers d’habitants.

Quatrième constat : la fascination de la vidéo. Même si certains sites de candidats sont riches en contenus, incontestablement l’irruption de la vidéo est le phénomène emblématique de ces législatives. Pour la première fois, on peut voir et entendre les candidats nous parler et nous dire plus qu’une poignée de main, un bonjour ou un bon mot. La spontanéité est souvent rafraîchissante même si elle montre aussi les limites de l’exercice (ah, l’accent romanais !). Reste que cette utilisation est encore très amateure. Les non-évènements et les propos creux sont plus nombreux que les explications programmatiques ou les propos forts, capables de toucher les gens. La pseudo-interview et le pseudo-reportage sont plus pratiqués que l’explication de fond ou la démonstration éclairante. On survole le programme d’une manière allusive plutôt que de descendre dans les propositions concrètes. Nonbstant, signalons quelques fournisseurs assidus de vidéos comme François1311, qui après avoir pas mal posté pour Ségolène pendant les présidentielles, a posté quelques vidéos intéressantes de soutien à Dussopt. Champsaurin05 qui a réalisé presque toutes les vidéos de l’UDF/MoDem dans la Drôme (avec des résultats moyen d’audience assez faibles). Ou celles de Polty07 qui filme toutes les interventions de Dominique Chambon, là encore avec des audiences qui demeurent assez faibles. Je ne m’exclue pas de l’analyse pour montrer que mises en avant, relayées sur divers supports (avec un peu d’ancienneté et un peu d’audience), les chiffres progressent rapidement tout en restant modestes.

Cinquième constat : Quelle émulation ? Est-ce que les initiatives remarquables – il y en a -, servent d’émulation à d’autres candidats ? J’ose à le croire, même si je ne sait pas y apporter de preuves réelles. Mais la très bonne utilisation du support vidéo par Dominique Chambon et Olivier Dussopt sur la seconde circonscription de l’Ardèche me semble aller dans ce sens, non ?

Sixième constat : Absence de stratégie et de technique. On l’a vu sur la faible utilisation stratégique des mots clefs pour améliorer l’indexation, les sites sont isolées et les faibles connaissances techniques et stratégiques desservent leurs auteurs. Assez peu de sites ont un bon référencement sur les mots clefs « département parti politique et nom du candidat ». Ceci est dû à l’absence de prise en compte de bons réflexes techniques et à la jeunesse de la plupart des sites. Si je cherche « Législatives Valence », c’est le site de Gérard Bouchet qui arrive premier sur Google. Si je cherche « législatives Drome Labaune », je ne tombe pas sur le site du député sortant. On sent une énergie encore brouillonne, qui, je l’espère, aura mûri d’ici les prochaines municipales, mais qui montre en tout cas que la plupart des candidats s’y sont pris trop tard et trop épisodiquement. Il faut parfois mieux être absent que se faire mal desservir. Il y a des formations – gratuites – qui existent… 😉.

Septième constat : Une utilisation très inégale, beaucoup d’initiatives sans relais et qui s’épuisent. Rien n’est pire finalement que quelqu’un qui ouvre un blog et ne participe pas à la conversation, en alimentant trop épisodiquement son site ou en n’allant pas jouer le jeu de la conversation sur le site des autres. Autant faire un choix de site différent finalement : mais il faut aussi le réussir, parvenir à synthétiser le programme et les propositions, les rendre lisibles. Tous n’y arrivent pas. Les candidats dans ce cas sont nombreux : Gabriel Biancheri dont le blog est rarement mis à jour, Philippe Labadens (qu’on a connu plus actif, mais avec un discours souvent fermé sur lui-même), Henri Bertholet, le suppléant de Catherine Coutard dont le blog est mis à jour erratiquement, le blog de Zabida Nakib-Colomb ne porte que des photos (ce qui se révèle vite creux)… Les sites de contenus se revèlent alors souvent plus judicieux, pour autant qu’ils soient bien pensés. Celui de Gérard Weber est très clair et très simple de prise en main.

Huitième constat : Les militants ont balayé les commentateurs. Comme pour la présidentielle, les militants prennent le pas sur les commentateurs. Les propos militants prennent le pas sur l’analyse, le marketing politique sur la compréhension de fond. Les pronétaires chers à Joël de Rosnay ont quasiment disparus. Hormis quelques énergumènes, assez fondus pour créer de l’interaction politique, les militants ont pris tout l’espace. Les candidats font leur propre communication. Les citoyens sont à côté et regardent – à peine – le train passer. Non seulement ils ne sont pas en interaction direct avec les candidats, mais ils ne sont pas non plus dans l’approfondissement. Les commentateurs s’ennuient un peu. Entre les contenus trop développés, inadaptés à ceux qui ne sont pas des militants convaincus, et les contenus superficiels, force est de constater qu’il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Politique locale morne plaine ? 😉

Neuvième constat : Des politiques numériques de partis différentes. Alors que le fil rouge romanais a longtemps été moteur dans le débat d’idées local, on voit que la vieille école PC des pages persos ne fait plus recettes. Mené par Laurent Tulasne, ex-Reynolds, l’optimisation web de la LCR est certainement l’une des initiatives les plus intéressantes, car à la fois elle personnalise les propos et elle fédère les énergies de la LCR du territoire. Le PS, comme les Verts, partent en ordre dispersés, mais les meilleures réussites sont incontestablement dans la personnalisation, car elles rendent les discours plus accessibles. Michèle Rivasi et Olivier Dussopt sont plus intéressants que Coutard, Nakib-Colomb ou Abel. Pour Catherine Coutard, le site ne fédère pas vraiment d’énergie et semble avoir démobilisé le blog du PS local, qui avait été remarquablement actif pendant la présidentielle. Le blog de Bruno Rey est déconnecté du reste de l’animation, dommage de ne pas savoir utiliser ce type d’initiatives pour animer la campagne en ligne. Pour Zabida Nakib-Colomb, on l’a vu, l’absence de contenu nuit au propos, tout l’inverse du site des Verts de Romans, où la trop grande richesse est un peu épuisante. Pour le Modem, on l’a déjà dit, trop d’énergie désordonnée finit certainement pas nuire. C’est dommage, l’utilisation est souvent très intéressante, notamment celle de Dominique Chambon. A l’UMP autant dire qu’il n’y a pas eu vraiment d’effort de fait, on voit bien que le calcul électoral montrait qu’il n’y avait pas d’enjeu pour eux. Gabriel Biancheri n’a pas alimenté vraiment son blog, même s’il a fait l’effort de montrer son intérêt pour entrer dans le jeu d’une blogosphère romanaise vivante. Patrick Labaune se contente d’un site de campagne indigent, comme l’a été son blog – signolons tout de même ce sommet qu’est sa vidéo de campagne, reprise sur le blog de l’UMP, qui déclenche le rire jusque chez les blogonautes. Gérard Weber tire son épingle du jeu avec un site synthétique, plutôt clair qui permet d’aller à l’essentiel. On voit bien en tout cas sur la 2e de l’Ardèche que la concurrence locale en ligne l’a amené à se démener un peu.

Dixième constat : Les meilleurs seront-il élus ? Certainement pas, car la campagne ne se joue pas en ligne encore une fois. Néanmoins, il y a quelques belles initiatives qui sont incontestablement le reflet d’initiatives et d’énergies qui se passent en vrai. Toutes la question est déjç de savoir si elles parviendront à organiser quelque chose pour les prochaines municipales, où l’effet présidentiel se sera certainement dilué et où les choses seront donc plus ouvertes… En attendant, regardez les professions de foi des candidats, vous verrez qu’ils sont encore bien peu nombreux à mentionner l’adresse de leurs sites (hormis le site de leur parti). Comme si l’internet n’était pas pour leurs électeurs, mais réservé à un autre monde, une autre sphère… Dans les professions de foi de la 4e de la Drôme, seule Catherine Coutard signale l’URL de son site.

Quelles stratégies gagnantes pour réussir 2008 ?
On l’a dit et vue, l’énergie déployée montre combien la présence sur internet balbutie. Une fois ces élections passées, il va être temps de l’organiser et le structurer. Communiquer sur une seule et unique URL (et détruire les sites qui ne sont plus actifs), alimenter le site/blog de vrais contenus et l’animer, fidéliser dans la durée, développer des stratégies de communication (mots clefs pour les vidéos) vont être des gageures à relever. Ce qui est certain c’est que l’antériorité et la régularité des messages porteront leurs fruits. Eux seuls permettront aux internautes et donc aux commentaires d’arriver à bon port. Très peu des militants qui animent ces espaces ont compris qu’il était important d’être soi-même en interaction avec les autres espaces de débat pour que son espace le devienne aussi. Il est certainement possible demain, avec un bon candidat, une bonne équipe de terrain, de soutenir une dynamique sur l’internet, localement. Encore faut-il s’y mettre vraiment et intelligemment. En tout cas, les municipales 2008 en ligne doivent s’initier en septembre, car en janvier il sera trop tard pour exister. Pour créer une dynamique, développer le référencement, assurer, pas à pas, sa visibilité et conforter son audience, l’internet ne se gagne pas au dernier moment. Mais physiquement non plus, les municipales ne se gagneront pas au dernier moment.

Publicités

Written by leromanais

5 juin 2007 à 19 h 14 mi

Publié dans Actualité, Internet, Politique

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Pas sûr qu’ils arrivent à se référencer. http://blogonautes.blogomaniac.fr/legislatives2007/

    Hubert Guillaud

    7 juin 2007 at 16 h 37 mi

  2. Analyse sur la première à Valence : on comprend mieux pourquoi les sites on l’air si vides. Les candidates de gauche ne mobilisent pas les foules. :http://jaimevalence.over-blog.com/article-6760497.html

    Hubert Guillaud

    7 juin 2007 at 21 h 38 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :