LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

L’Alhambra face au Gambetta

with 8 comments


« Il y a un peu deux jeunesses, à Romans-sur-Isère (Drôme). Celle qui part. Et celle qui reste. Celle qui fait son lycée à « Triboulet », l’établissement réputé. Et celle qui s’oriente dans les filières pro, moins cotées. Celle qui passe son bac en son temps, puis s’en va, à Valence, Lyon, Grenoble, rejoindre les nuits estudiantines. Et celle qui commence tôt l’intérim, puis en reste là, faute de mieux, ou par attachement au pays.

Chacune a son lieu de ralliement, à Romans. L’Alhambra pour ceux du lycée Albert-Triboulet, Le Gambetta pour les autres. A L’Alhambra, on sirote son verre en centre-ville dans une douce ambiance mordorée. Au Gambetta, on se distrait dans un ancien hall d’usine un peu excentré, reconverti en salle de jeux, et dans lequel on entre après avoir sonné. »

Bel article sur les jeunes romanais face aux présidentielles à lire dans Le Monde.

Publicités

Written by leromanais

10 avril 2007 à 11 h 25 mi

Publié dans Actualité

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. pourquoi « contre » ?

    yenop

    10 avril 2007 at 13 h 12 mi

  2. Par rapidité Baptiste, par rapidité. On va changer ça par un « face », ça te va ?

    Hubert Guillaud

    10 avril 2007 at 13 h 48 mi

  3. Oui merci, mais moi j’aimerai que les deux trinquent ensemble.

    Je me sens l’un des premiers concerné par cet article, et ayant passé 3 ans de ma vie et mon bac scientifique l’an dernier au Lycée Dauphiné, cet article me donne fort à réagir, et à rebondir, notamment sur le problème de la réforme de la carte scolaire.

    Tout d’abord, le clivage est réel entre les deux gros bahuts de romans: un lycée pro, un lycée général. Fréquentant abondamment les personnes deux lycées, les personnes interviewvées, les bars et les kebabs environnants aux deux établissements, l’on ne retrouve effectivement pas les mêmes gens.

    Extrapolons. D’un côté ceux il y a ceux qui passent leur bac S, ES, ou L, avec 5 ans de conservatoire depuis la crèche, un bac général, et qui iront à l’université, qui sont cultivés, et prétentieux.
    De l’autre ceux qui optent pour des formations professionnelles (très, trop décriées et dévalorisées) et viennent des couches sociales moins dotées, au rapport au travail différent.
    Cet article le reflète très bien.

    – Premièrement cette division est aussi une « hiérarchisation » dès le lycée, mais est-ce le rôle de l’école que de hiérarchiser la société ? Une de ses fonctions.
    Le bahut des bosseurs mal payés, de la france qui va mal avec sa soit disant racaille.
    Et en face celui de la france qui va bien, propre, bac +3, classes préparatoires.
    Dominés/dominants.
    Lorque l’on parle de deux frances, l’on peut aussi parler de deux écoles.

    – Deuxièmement, les gens ne sont pas assez mélangés par l’école, ce n’est pas enrichissant, et de plus très mauvais pour la société.
    L’école dans l’état actuel des choses est assurément un très mauvais outils pour offrir à cette jeunesse une société égalitaire et tolérante, ouverte:

    Personnelement j’ai passé mon bac général au lycée du dauphiné (une seule classe de terminale générale, soit seulement 32 élèves sur 1400 au total).
    J’ai rencontré plein de gens différents, aux futurs divergents, aux idées vraiment différentes, et tous étions d’autant plus rapprochés.
    Notre classe formait « un groupe », alors que le lycée était étonnant par sa diversité.
    Du fan de tunning en bep élec, au jongleur, en passant par le geek de base, le lepeniste, la témoin de jehovah ou le jospiniste punk athée sciencespo-ar.
    Nous outrepassions tout cela, et nous comprenions, s’essayant à l’autre, acceptions..rigolions, rigolions surtout, ça aidait à s’en foutre.
    Mais hors de la bonne ambiance de la classe du bahut ou d’un manif, le pluralisme a souvent du mal a passer, la différence devient plus difficile a admettre pour chacun. C’est en ce sens que mon lycée « pro » m’a permis de m’ouvrir énormement, comprendre et virer mes préjugés, en vivant avec et aimant des personnes réelements différentes.
    Cette année je suis en classes préparatoires dans un lycée général (bac S, ES, L), un lycée de ville qui plus est. (un des gros avantages des lycées romanais est sa mixité géographique, les éleves viennent aussi de la campagne)Le fait est que « je m’emmerde », pour rester poli.
    Je n’ai pas rencontré vraiment de personnes différentes, hormis dans les classes d’art.

    La carte scolaire doit permettre aux éléves différents d’aller à l’école ensemble, je suis donc contre sa suppression, contre les lycées d’excellence, contre les lycées musulmans et catho.
    Pourquoi ne pas integrer ces classes spéciales aux lycées existants ?
    Pour un lycée moins chiant..pour parler language C et Rimbaud en même temps..
    Et pour une société mieux batie..

    bat

    10 avril 2007 at 15 h 01 mi

  4. Quand j’allais au « Tech » pour mon bac, (début des années 90) je crois me rappeler que le bar à la mode c’était « le Central », près de Jacquemart.

    Les deux bars cités là je vois meme pas où ils sont.

    florian Innocente

    11 avril 2007 at 13 h 19 mi

  5. j’ai connu moi aussi dans les années 90 : le dauphiné lycée des « voyous » le triboulet lycée des « bourges »
    je vois que rien n’a changé !
    dommage d’avoir fait ces raccourcis, dommage que cela existe encore

    partis de romans

    11 avril 2007 at 14 h 28 mi

  6. Merci Baptiste pour ce témoignage.

    Hubert Guillaud

    12 avril 2007 at 9 h 03 mi

  7. J’ai passé mon bac au Trib’ en 2002, j’avais des amis au Tech’, je pense pas pour ma part qu’il y ai deux mondes totalement différents. Du moins ça ne correspond pas à mon vécu. Je trouve que cet article fait un peu amalgame, curieusement repris dans quelques commentaires. Sois je suis un extra terrestre, sois il y a un raccourci manifeste dans l’article. Notez que ce qu’il y a de bien avec les raccourcis, c’est qu’on pas besoin de réfléchir trop longtemps ^^

    vish

    13 avril 2007 at 13 h 23 mi

  8. comme vish je trouve que les raccourcis, sont réducteurs.
    Cependant je me rappelle tous de même d’une certaine compétition entre le trib et le dauphiné ; les bac gén et les bacs techniques ( et en plus Sardou chantait le « bac G »)
    je me rappelle de commentaires d’élèves du trib critiquant les « faibles » du tech.
    Et des discours d’élèves du tech pas plus flatteur envers le lycée généraliste.
    J’ai fait les 2 lycées.
    Mais l’essentiel était que tous se retrouver pour faire la fête le samedi soir.
    Ces paroles s’envolaient avec le mistral et ils ne restaient rien. C’est cela le plus important

    partis de romans

    13 avril 2007 at 17 h 00 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :