LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Festival de Romans : Expression citoyenne

with 5 comments


Festival de Romans : Table ronde expression citoyenneJe tenais à aller à la table ronde des finalistes de la catégorie Expression citoyenne du Festival de Romans, parce que ce que font les collègues blogueurs à l’autre bout de la France m’intéresse, tant je suis persuadé que nos pratiques sont proches et que nous avons beaucoup à échanger. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à en rencontrer (comme Sébastien Bailly à Rouen, Christophe Grébert à Puteaux, Chrystophe Oléon à Grenoble…) et je n’ai jamais été déçu. Les participants ont été simples et sincères, et ils nous ont tous fait partager un peu de la passion qui les anime. Christophe Ginisty en marathonien de l’animation était plutôt brillant, passant d’une question l’autre avec aisance, relançant et faisant filer la parole d’un blogueur l’autre. De quoi passer une heure plutôt agréable et de donner la parole à une diversité que j’ai trouvé assez représentative des blogs locaux : entre le site d’animation local qui traite de l’actualité culturelle et sociale plutôt que de politique comme Crécy, au site d’opposition radicale comme celui de Chartres ou de Troyes, en passant par un site entre opposition et proposition comme celui de Montbouge, il y avait là un beau panel de blogueurs citoyens (ou placebloggers).

Festival de Romans : Table ronde expression citoyenneL’occasion de faire la connaissance de l’animateur de la Piquouse de Rappelle, le blog impertinent de Chartres (28, Eure-et-Loir), qui avec 700 billets, 5300 commentaires et 250 000 connexions en 11 mois d’existence était plutôt fier du travail réalisé. Un travail qui fait suite à L’Aiguille, une feuille de chou locale qu’il animait et qui lui a coûté pas moins de 6 procès. « Nos élus ont peur de l’interactivité, de se faire déborder… », explique-t-il. Et de s’emporter, avec raison, contre le principe même de la presse municipale : « Accepterions-nous d’un Etat qu’il publie un journal et un seul ? Pourquoi l’acceptons-nous de nos villes ? » Et de dénoncer le faux apolitisme de bien de ces bulletins paroissiaux, qui parlent des fleurs et de l’alignement des trottoirs pour ne surtout pas évoquer la vie sociale et politique.

Festival de Romans : Table ronde expression citoyenneL’occasion de rencontrer Franck Henri, l’un des auteurs de Montbouge, une publication mensuelle collective (pas moins de 11 personnes participent à Montbouge, dont 5 avaient fait le déplacement à Romans) sur la commune de Montrouge (92, Hauts-de-Seine). A Montbouge, on se sent plutôt chroniqueur que journaliste, d’autant qu’on se donne le temps de faire des articles de fonds (8 par mois) plutôt que de réagir chaque jour à l’actualité. « Qu’est-ce qui empêche une municipalité de faire la même chose que vous ? » demandait Christophe Ginisty. « On n’est pas là pour faire parler de nous, répondait Franck Henri, mais pour donner la parole, pour accompagner ceux qui ne s’expriment pas. Notre rôle est d’organiser le lien social sur l’internet. »

Festival de Romans : Table ronde expression citoyenneJean-Michel Sagnes présentait Distric Crecy, le site des des Brionautes de Crécy-la-Chapelle et du Pays Créçois (77, Seine-et-Marne), un site qui existe depuis 8 ans. Un site collaboratif (l’association qui le soutien compte 12 membres) dont le but est de libérer la parole locale, de créer du lien social avant que de faire du débat politique.

Festival de Romans : Table ronde expression citoyenneJ’ai beaucoup aimé l’aplomb et la modestie de Philippe Beury, l’animateur d’Auboisement correct, le site d’information local de Troyes (10, Aube), qui lui aussi à connu une affaire judiciaire (« c’est très bon pour faire grimper le nombre de connectés », s’en amuse-t-il, tout en reconnaissant ensuite que si la polémique fait venir des lecteurs, il faut tout de même s’en méfier : « C’est trop facile d’être méchant. C’est ce que l’expérience apprend. On doit être responsable et modéré, c’est trop facile de taper sur des gens au pouvoir, mais parfois sans défense »). Auboisement correct, c’est quelques 1 000 lecteurs par jours contre 30 000 pour la feuille de choux locale qui soutien François Baroin, le potentat local. Mais ne rêvons pas rappel avec réalisme le blogueur : « 3/4 de mes lecteurs sont des gens qui soutiennent le maire et qui viennent lire les horreurs que je dis de lui ». « Il faut rester modeste », soulignait Philippe : « Le temps moyen de connexion sur mon site est de 4 minutes 20 secondes. Autant dire qu’il faut savoir être bref pour exprimer quelque chose ! »
« Quand nous avons essayé de monter une réunion physique, poursuit-il, suite à un billet qui avait été lu par 3 600 personnes et qui avait recueilli 400 commentaires : seulement 3 personnes extérieures à Auboisement correct se sont déplacées »… Une histoire qui permet effectivement de relativiser l’impact des blogs locaux sur la vie réelle.
« Ce qui est intéressant n’est pas d’être un lieu de pouvoir, mais d’être un lieu d’expression. Je suis particulièrement content des 4500 commentaires qui ont été déposés sur mon site depuis plus de 10 mois ».

Quant à savoir ce qui les motive encore pour continuer, il semble que le plaisir d’être lu soit la première récompense de leurs efforts. La reconnaissance, le plaisir de faire passer ses idées, ou celui de recevoir des commentaires et de commencer des échanges viennent ensuite. Ce qui les ferait arrêter ? Là encore, le cri est unanime : le temps et l’investissement passé ! « C’est épuisant », reconnaissait l’un d’eux. Heureusement, la rencontre avec des gens qu’on ne connaissait pas et avec lesquels on découvre qu’on a des idées communes est toujours un plaisir, contrebalançait l’un d’eux. Je ne me souviens plus lequel, mais je pense que tous auraient pu le dire.

PS : La table ronde ne parlait pas que de ces 4 blogs là, puisque 4 autres sites d’expression citoyens étaient présents. J’espère qu’ils ne m’en voudront pas de les avoir omis pour concentrer mon propos sur ce qui a le plus retenu mon attention. Je salue à nouveau le remarquable travail de l’un d’entre eux, Christelle Membrey : ah, si tous les professeurs de l’éducation nationale étaient comme elle ;-).

Publicités

Written by leromanais

3 février 2007 à 1 h 09 mi

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Beau résumé. Tout cela vaut bien une pogne… !!!

    Vinvin

    3 février 2007 at 8 h 44 mi

  2. Merci pour le compte-rendu, Hubert, je suis malheureusement un peu loin et ça me permet de me ploger un peu dans l’ambiance. Difficile de tout faire en même temps, parfois.

    Ton lien vers grand-rouen ne fonctionne pas.

    Sébastien Bailly

    3 février 2007 at 17 h 26 mi

  3. « J’espère qu’ils ne m’en voudront pas de les avoir omis pour concentrer mon propos sur ce qui a le plus retenu mon attention.  »
    Bah, si bien sûr!! 😉

    Môsieur Resse

    4 février 2007 at 19 h 27 mi

  4. Romans, c’était bien

    C’était quand même un pari un peu fou que s’est lancé Christophe Ginisty. Monter ex-nihilo un festival de la création sur internet, en plein mois de janvier, dans une ville de province loin de la capitale, il fallait le tenter….

  5. Tu remues la plaie autour du couteau : quel dommage de ne pas avoir pu venir à Romans 😉

    Xavier

    5 février 2007 at 11 h 21 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :