LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Que font nos eurodéputés ?

with one comment


L’association Europe Agora (de quelle obédience est-elle donc, celle-ci ?) a publié un classement des eurodéputés français, selon leur présence et leurs interventions (voir, leur feuille de calcul). On y apprend que seulement 6 des 13 députés du Grand Sud Est, pour lesquels nous avions votés (sur les 78 députés européens que nous avions élus), ont obtenus la moyenne.

L’occasion de jeter un oeil, en pleine législature, sur la présence internet des députés du Parlement européen et nos moyens de rétro-contrôle de leur activité. Et de féliciter, une fois encore, Martine Roure, qui est l’une des rares a proposer sur son site une lettre mensuelle, certes peu personnelle, mais qui, reprend des communiqués de presse européens pour faire état de son activité. Hormis Guy Bono (59e), qui dispose d’un site assez remarquable et très bavard, ses homologues socialistes, Michel Rocard et Marie-Arlette Carlotti (20e, qui possède tout de même une page personnelle un peu désuette) ne sont pas aussi prolixes. La délégation socialiste française au Parlement européen est tout de même dotée d’un site présentant les positions des 31 eurodéputés socialistes français, qui fait état des interventions et dresse le bilan des sessions.

Jean-Luc Bennhamias (64e), Les Verts, n’a pas de site personnel, mais Les Verts proposent deux structures d’informations : l’un via le site du groupe Verts au Parlement, l’Alliance Libre, et l’autre via celui des eurodéputés verts français, le Sinopole.

Thierry Cornillet (50e) et Claire Gibault (39e) n’ont pas de sites pour s’adresser directement à leurs électeurs, mais l’UDF en propose un pour présenter son action au Parlement européen.

Françoise Grossetête (7e, site perso), Ari Vatanen (44e, site perso) et Dominique Vlasto (26e), sont, 3 des 17 élus UMP mis en avant sur UMP Europe.
Patrick Louis (40e, MPF), Le Pen ou Lydia Schenardi (21e, FN), qui ne font pas la promotion de leurs actions au Parlement.

Hormis le site de Guy Bono, qui est peut-être le plus fourni et finalement le plus personnel, les députés européens du Grand Sud-Est ne sont pas très internet (4 sur 13 ont un site personnel alimenté régulièrement). Les sites collectifs sont inégaux, mais en restent surtout à de la promotion d’action communes. Aucun ne s’attache vraiment au travail de terrain.

Quant à notre rétro-action sur leurs votes et actions, autant dire que nous, électeurs, restons démunis. Force est de constater qu’il n’y a pas beaucoup de sites permettant de tracer le vote des députés européens, comme le proposait par exemple, sur des questions environnementales, l’EU-vote watch des Amis de la Terre. Il faut dire, qu’au Parlement européen comme à l’Assemblée nationale, beaucoup de votes se font à main levé et tous les scrutins ne sont donc pas comptabilisés au votant (explications). Nonobstant, il ne semble pas exister de site, pareil à Mon-Député.com, qui permette de regarder, au moins pour les scrutins publics, c’est-à-dire où il y a eu un décompte des voix exacts, qui a voté quoi.

Vous me direz, beaucoup de députés suivent les consignes de leurs partis et s’alignent sur une position commune. Vous me direz, beaucoup de lois votés demeurent obscures, de portées et d’action parfois limitées. Soit. N’empêche. On voudrait bien pouvoir mieux s’y retrouver. Mieux comprendre. Y voir plus clair.

Faudra-t-il que les députés soient obligés de tenir un blog pour expliquer leur vote ? Pourraient-ils dire ouvertement, « je n’y connais rien à cette question, et vote comme me le demande mon parti » ? Ou faudra-t-il qu’ils se transforment tous en Alain Lipietz, détaillant par le menu leur action quotidienne ? Peut-être bien… En montrant son travail au jour le jour, en expliquant ses positions, le blog de Lipietz permet de mieux comprendre les choix du député, analyser son parcours, ses actions, ses votes. Dans la personnalisation toujours plus accrue du débat politique, il y a là, assurément quelque voix profonde, qui marque la différence entre les candidats. A tout le moins une position qui marque la différence, entre candidats populistes de cartons et candidats profonds, de chair et d’âme. Ca ne pèsera peut-être pas beaucoup sur les votes de nos concitoyens, plutôt aveuglés par le côté pipole, mais observer ce qu’il y a dans la tête d’un candidat est on ne peut plus instructif.

Pour autant, le député blogueur prend plus de risque que celui qui ne blogue pas. Incontestablement, les maladresses de la pensée pardonnent moins que ses silences.

Publicités

Written by leromanais

5 septembre 2006 à 21 h 58 mi

Publié dans Actualité, Politique

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. « association Europe Agora (de quelle obédience est-elle donc, celle-ci ?) »
    Que sous entendez vous par cette petite phrase : association religieuse , agnostique …. je n’ai pas bien cerné le contenu.

    Obédience politique Ildegarde, comme la plupart des associations-lobbystes, dont celle-ci semble faire partie – mais moi non plus, je n’ai pas bien cerné le contenu. – Hubert

    ilade

    6 septembre 2006 at 16 h 09 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :