LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Pas de Fête de la musique pour Saint-Nicolas

with 3 comments


« Pas de fête de la musique pour la maison de quartier St Nicolas. La raison en est simple: une programmation dans la cour de l’école St Just à quelques mètres de notre plateau. Ainsi nous découvons que l’action culturelle ne savait pas que nous faisions depuis 5 années consécutives, sur le haut du lavoir, un plateau ouvert aux habitants du quartier.
Alors pourquoi ne pas aller sur le plateau officiel ? parce que nous considérons la fête de la musique comme une manifestation populaire et devant être portée comme telle. Encore une fois, et comme pour le carnaval, la fête des voisins, il y a une institutionalisation des événements. Il est encore démontré que le Centre Ville appartient à la communauté culturelle, celle qui détient bien sur, au nom d’un élitisme suffisant, la seule autorité en la matière. »

Francis Maquin, de la maison de quartier Saint-Nicolas.

C’est quand même étrange. C’est le genre de comportement qui ne serait pas surprenant d’une très grande ville. Mais à Romans, ou tout le monde se connaît, où les élus sont plutôt proches des concitoyens le plus souvent… c’est plutôt déconcertant !

Alors, c’est où que ça coince ? Dans les services ?

Publicités

Written by leromanais

18 mai 2006 à 15 h 48 mi

Publié dans Actualité, Réaction

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ben c’est sûr aussi que l’action-cu n’est pas connue pour la qualité de sa proximité. C’est vrai que les moyens humains manquent, que tout se fait TOUJOURS dans l’urgence et que donc, forcément ça chie dans la colle…

    D’un autre côté, on reconnait bien la patte du Francis, toujours prompt à sniper un élu ou un technicien de la ville. C’est finalement un peu le même résultat qu’avec l’action culturelle : les projets sont super, mais on pêche par révolutionnisme.

    Et c’est un anarchiste qui le dit !

    nOOn

    22 mai 2006 at 13 h 10 mi

  2. Une critique par les deux bouts, petit procédé de courageux qui ne chie pas dans la colle ..lui, qui roule ses clopes, sa sacoche sous le bras, allant de table en table, porter la bonne parole, ce faux consensuel, cette gouvernance populiste, où pour en rester le maitre on ne baise qu’en réseau. Quand l’nanar me parle de révolutionisme, y a de quoi se marrer. Le « toujours prés à spiner » c’est un langage de technicos de la ville ça. En fait le message est la marque d’un nanar fort satisfait de lui à telle enseigne qu’il n’a pas le courage de citer son nom le nanar bobo. Un nanar, non un rose à la sauce blanche ou un radis quoi .. rouge à l’extérieur, blanc à l’intérieur. Pour faire un commentaire il en faut, comme anne-so sur le blog mdq. Ca c’est un commentaire qui a le courage de son opinion, le tien le nanar .. au début je croyais que c’était de la merde, à la fin j’ai regretté que ça n’en soit pas.

    francis

    23 mai 2006 at 5 h 58 mi

  3. Ce soir c’est la fête de la musique, on va tous s’amuser, c’est le principal.

    fete musique

    21 juin 2006 at 15 h 22 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :