LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Banlieue : décryptage de l’événement qui a mis le feu aux poudres

with 7 comments


Arrêt sur Images a investigué sur la fameuse soirée où Nicolas Sarkozy est passé par Argenteuil, donnant le coup d’envoi à l’embrasement des banlieues. Je vous invite à regarder le « reportage de Christelle Ploquin à Argenteuil, une semaine après le déplacement de Nicolas Sarkozy dans cette ville ». Sans vouloir jeter de l’huile sur le feu des médias, franchement, il y a de quoi être choqué et s’interroger sur cette façon de traiter l’information.

Via netpolitique.

Publicités

Written by leromanais

8 novembre 2005 à 11 h 52 mi

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Comment les médias ont mis le feu aux poudres

    Petite balade ce matin sur les blogs et là je découvre sur le blog de mon cher confrère Koz un article stupéfiant révélant que lors de sa visite à Argenteuil, Sarkozy a prononcé le mot de racaille en réponse à

    L'autre monde

    8 novembre 2005 at 13 h 48 mi

  2. Je regarde cette execllente émission tous les dimanches soirs sur le net. J’aime bien Schneidermann car lorsqu’un invité ne répond pas à sa question, il la repose autant de fois qu’il le faut. Et aussi, sur la version non montée que l’on peut voir en ligne, à la fin de l’émission on a parfois droit à une ou deux minutes de conversations avant qu’ils ne coupent les micros et c’est très instructif !

    Concernant le problème des banlieues, je me permet d’en parler car je suis né dans le fameux 93 il y a 40 ans. J’y ai grandi et j’y ai fait mes études avant de le quitter définitivement pour vivre à Paris même. Et je suis romanais depuis 3 ans.

    Il serait complètement faux de dire que les médias ont mis le feu aux poudres comme le laisse penser ton article, Hubert.

    Ce qui se passe aujourd’hui aurait pu se passer n’importe quand depuis la fin des années 1970. Je veux dire par là que ça fait 30 ans que ça couve.

    Le déclenchement des émeutes de ces derniers jours repose sur un seul homme : Sarkozy. A force d’insulter et menacer les gens, ça devait arriver.

    Les journalistes et le gouvernement français sont des gros cons (désolé !) car ils ne comprennent rien au problème ou plutôt, ne veulent pas comprendre le problème car ils ont peur.

    Je ne regarde jamais la télévision (beurk !) mais il m’arrive de la voir quand on la regarde chez moi. Hier soir, j’ai donc eu droit aux informations de France 2. Le choc !!! Plusieurs reportages pour faire peur aux « bonnes gens » suivi d’un reportage sur un « noir africain (j’ai oublié son pays d’origine) ayant grandi en banlieue et qui a réussi »… Quel exemple !!! Mais dans tous les pays du monde il y a une poignée de gars qui réussissent : les marathoniens éthiopiens, les footballeurs sud-américains, etc. On s’en fout royalement car ça ne résout absolument pas le problème.

    Oh, joie !!! Dans le même journal télévisé, un reportage où une femme vivant dans une banlieue est interviewée. Derrière elle, un jeune d’origine maghrébine (pourquoi ils disent « beur » à la télé ?) montre une carte d’électeur qui n’est sûrement pas la sienne à la caméra !!! Le voilà le message le plus fort !!! Ce jeune a tout compris !!! Tous les grands quotidiens auraient du faire leur une sur cette image, si ils faisaient correctement leur boulot. Pourquoi 8% des gens vivant en France et leurs enfants n’ont-ils pas le droit de vote ? Donnons leur et on aura fait un pas de géant !

    Donnons leur le droit de vivre comme nous.

    Je ne sais pas si on a le droit de dire tout ça sur ce blog ? On verra bien…

    Jean-Yves

    9 novembre 2005 at 12 h 31 mi

  3. Le traitement de cet événement a mis le feu au poudre (ça ne veut pas dire qu’on n’était pas assi sur un baril, Jean-Yves). Et je persiste à dire que le traitement que font les médias (de cette actualité comme de mille autre) est déplorable.

    Quand on regarde le décryptage qui suit, on se demande pourquoi les rédactions n’ont retenu que le sensationnel, que l’image « choc ». A-t-on besoin de regarder le monde uniquement sous les images chocs, j’en doute ? Il y en a déjà suffisamment qui nous parviennent d’elles-mêmes pour ne pas composer une lecture centrée autour de faux résumés de faits.

    Je suis très loin d’être un fan de Sarkozy (et le reportage lui-même n’est pas tendre avec lui, montrant qu’il s’invite où il veut comme il veut, sans composer avec le terrain au préalable), ce n’est pas pour autant que je trouve la couverture de l’événement correct.

    Pour le droit de vote aux étrangers, pour ma part je suis pour. Mais c’est un leurre pour gens bien pensants. On sait que les abstentions les plus fortes sont le fait des couches les plus pauvres et les moins instruites.

    hubert

    9 novembre 2005 at 14 h 43 mi

  4. Nous sommes bien d’accord sur le traitement médiatique déplorable de la situation, Hubert. C’est comme d’habitude : pendant qu’on montre des images choc, on ne parle pas du fond du problème.

    Relevé dans le Canard Enchainé de ce jour : Pascal Clément, garde des sceaux, réunissant quelques procureurs généraux : « Je souhaite que nous puissions adresser un message clair aux Français d’une part, aux délinquants d’autre part » ! Tant que les gouvernants penseront que les délinquants ne sont pas Français et que les Français ne sont pas des délinquants, la situation ne s’arrangera pas.

    On y apprend aussi que depuis le début des émeutes, Matignon et l’Elysée consultent sans cesse la météo pour savoir si il va pleuvoir ou faire très froid pour dissuader les jeunes de sortir ! Ces types sont complètement inconscients !

    Concernant les milieux abstentionnistes, il faudrait regarder les chiffres en détail. Et surtout, la plupart des gens des banlieues n’ont pas le droit de voter alors on ne peut pas dire.

    En tous cas, on ne parle plus du tout de la grippe aviaire ! Vous avez remarqué ?

    Jean-Yves

    9 novembre 2005 at 15 h 40 mi

  5. C’est très bien de questionner la manière dont la télévision ou la presse rendent compte des évènements, mais dans ce cas, c’est un peu fort de présenter Sarkozy en victime diabolisée par des journalistes partiaux.

    Si Sarkozy pensait que son discours avait été tronqué, il ne se serait pas gêné pour le dire. Les médias, il connaît.

    Au contraire, il a revendiqué, redit et re-redit ce qui a été mis en avant à Argenteuil.

    Thomas

    17 novembre 2005 at 12 h 04 mi

  6. Loin de moi de vouloir présenter Sarkozy en pauvre victime des médias, Thomas, et le reportage ne le disculpe pas. Mais je reste choqué de cet anglage médiatique qui ne cherche à présenter d’un événement que ce qui choque, que le brutal.

    Cette manière de traiter l’information m’exaspère et m’écoeure.

    hubert

    17 novembre 2005 at 12 h 29 mi

  7. Bonjour,
    j’ai été très intéressé en tant qu’Argenteuillais (non romanais) par cette affaire révélatrice.
    Très étonnant est le fait que – jusqu’à fin décembre – Nicolas Sarkozy ait préféré assumer l’interprétation que donnaient les médias, plutôt que de valider celle de France 5.
    blogpub pour mon billet sur le sujet :
    http://demsf.free.fr/B1935116114/C773764536/E20051106144715/index.html (sic)
    « Le pouvoir absolu sur l’information légitime, est incompatible avec le monopole auto-référentiel des médias » (re-sic)

    FrédéricLN

    19 janvier 2006 at 11 h 59 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :