LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Blogspirit : et maintenant à la caisse !

leave a comment »


Blogspirit, une des rares interface de blogging simple et gratuite en français va modifier les conditions d’accès à son service. Désormais au-dessus de 10 Mo de données publiées sur son blog, il faudra passer à la caisse.

Lionel a raison d’être un peu amer et les explications un peu confuses de Philippe Pinault, le président de Blogspirit, en commentaire, n’y changent pas grand chose (la limite de 10 Mo ne concerne finalement que les documents joints et les images, le texte des notes n’est pas calculé dans cette limitation d’usage, contrairement à ce qu’on avait pu croire dans un premier temps).

Soit. Blogspirit est libre de proposer les modèles économiques de son choix.

Si quelques adaptations étaient à prévoir, j’avais la naïveté de penser que le choix de la gratuité pour BlogSpirit était un choix pensé, réfléchi, avec un modèle économique de services ajoutés qui permettrait aux clients qui le souhaitent d’évoluer vers la solution de leur choix. Je m’attendais que l’annonce de nouveaux services (rétroliens, moteur de recherche, XML-RPC, nouveaux modèles graphiques, etc.) nous soient proposés contre espèces sonnantes et trébuchantes et qu’il resterait une version d’appel gratuite pour ceux qui n’envisagent pas de passer au modèle payant.

Une version gratuite subsiste, mais elle est conditionnée à une limite d’usage quantitative tout à fait surprenante qui privilégie finalement les blogs peu actifs.

Il me semble pourtant très différent de proposer une somme de nouveaux services payants avec une réelle valeur ajoutée pour leurs utilisateurs que d’imposer des limites aux gros utilisateurs, qui sont en même temps, à leur modeste mesure bien sûr, les étendards de la plate-forme. Alors qu’on pouvait avoir un pack de services qui les aurait intéressé au premier chef pour passer du gratuit au payant, ils sont aujourd’hui soumis à un diktat clair : où vous sacrifiez vos contenus ou vous payez !

C’est un peu leur forcer la main et leur dire : « Ecoutez les cocos, merci d’être la vitrine de Blogspirit par votre activité quotidienne de blogging, mais bon, passons aux choses sérieuses et passez à la caisse ou sinon, sacrifiez ce qui vous amène là : votre contenu ! » Car ce que propose Blogspirit c’est tout bonnement d’effacer vos vieilles images, vos vieilles photos. La bouille du bambin ? Bof, il a grandit maintenant ! Cette superbe photo là ? Aller, zou, elle a 6 mois, ça ne vaut plus rien. Votre vieille nouvelle en pdf là, Disapear !

Etrange de vouloir ainsi forcer la main des gros utilisateurs ? Pourtant, tout hébergeur ou fournisseur d’accès le sait bien, les quelques gros consommateurs (de P2P, de bande passante, d’hébergement…) s’équilibrent largement avec le reste des utilisateurs. Aujourd’hui par exemple, si Free propose 1 giga pour les pages persos, il sait bien que son bénéfice est d’abord en terme d’image et de marketing et que quantitativement, il y aura peu d’utilisateurs de tout cet espace d’hébergement. Le pari du Gmail de google est le même…

Je m’attendais à ce même esprit chez Blogspirit. Force est de constater qu’il n’y est pas.

Pourtant, je suis persuadé (mais je veux bien me tromper) que cette mesure affectera réellement peu de personnes sur les 20 000 membres annoncés par la plateforme, hormis les plus actifs (je ne suis moi même qu’à 8 Mo de données avec mon un an et demi d’archives, malgré un blogging régulier – mais ma pratique est peut-être mesurée par rapport à d’autres utilisateurs, je ne sais pas). Encore une fois, ce n’est pas contre le fait de payer que je m’élève , c’est contre la façon qui prend les contenus des utilisateurs pour somme négligeable : alors qu’il me semble que le blogging est l’expression même du contraire.

Aujourd’hui, on a l’impression que la gratuité n’est pas assumé et que celle-ci n’était qu’un prétexte pour appâter les utilisateurs. Aujourd’hui, qu’importe les nouveaux services, on se sent contraint de changer de formule, sinon nos archives disparaîtront tout simplement.

Je dois reconnaître que c’est assez désagréable comme sensation.

Il me semblait pourtant qu’il y avait des solutions plus simples : n’autoriser aux utilisateurs gratuit que des formats d’images vignettes ou albums me paraîtrait tout à fait intelligent par exemple. Bien plus que de brider les contenus ou de vouloir nous forcer à devenir des clients. Limiter la taille des fichiers joints aussi. Ne pas offrir les rétroliens, le moteur interne aux blogs gratuits, pourquoi pas… Bref, il me semblait que l’éventail des services à offrir avait toute latitude pour permettre de satisfaire tout le monde et d’ouvrir les possibles en termes de formules. Limiter les services en qualité plutôt qu’en quantité me semblerait bien plus moteur pour donner envie. Les utilisateurs les plus actifs auraient été contents de souscrire aux nouveaux services, sans contrainte aucune, librement…

Ce ne sera pas le cas. C’est dommage.

Sans compter qu’il me semble que l’essentiel du modèle économique des plates-formes de blogging n’est pas dans le service aux particuliers, mais dans la vente de leur technologie auprès de gros clients (télévision, journaux, fournisseurs d’accès, sociétés ou collectivités…) pour qu’ils proposent eux-même ces outils en interne ou aux internautes…

Je dois donc me tromper. Visiblement, il est toujours plus simple de faire payer l’utilisateur final.

J’ai un autre regret aussi. Plus général et moins personnel. Aujourd’hui, quand on est confronté à des gens qui ne connaissent pas l’internet, on peut leur dire venez essayer de monter un blog, c’est simple et gratuit. Deux arguments importants pour quelqu’un qui ne s’y connaît rien, qui ne sait pas comment il va pouvoir s’investir dans quelque chose qu’il ne comprend pas.

Souvent, il essaye. Tâtonne. Souvent, il abandonne (mais il a vu). Parfois, il y revient. Tâtonne encore. Se lance. Modestement. Ca prendra ou pas… Qu’importe. Ce qui est sûr, c’est que n’étant pas sûr de ce que ça va lui rapporter, il ne peut prendre la décision de payer dans un premier temps. On ne paye que pour ce qu’on connaît – enfin, il me semble – ou alors si on en a les moyens.

Dire à des primo-apprenants que la formule n’est pas pérenne, me semble tout à fait décourageant – quand bien même ils n’utiliseraient jamais toutes les fonctionnalités offertes. Aujourd’hui, son espace personnel sur l’internet, il faut pouvoir l’imaginer, s’y confronter, prendre le temps d’en comprendre le sens et la portée. Faire l’effort – très lent, très hasardeux – de s’y mettre. C’est un peu comme les 30 jours d’essais : pour beaucoup de gens, c’est bien souvent décourageant avant que de commencer, car pour beaucoup de personnes cela ne donne pas même le temps d’ouvrir 3 fois le nouveau programme…

Tant pis pour eux.

Il va certainement nous falloir trouver une autre plate-forme pour faire des formations, pour amener les gens à découvrir les blogs. C’est dommage. Blogspirit, par sa simplicité, avait quelque chose à apporter aux réfractaires de l’internet.

Publicités

Written by leromanais

1 mars 2005 à 8 h 00 mi

Publié dans Message de service

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :