LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Du tri citoyen

with one comment


Vous avez certainement entendu parler des Recyclades qui se tiennent, en ce jour de braderie, Place Jules Nadi à Romans (comme un peu partout en France d’ailleurs). Organisées par la Communauté de communes du Pays de Romans (tient au passage, à quand un site digne de ce nom pour la CCPR ? Un petit coup de main pour monter un blog ;-)) et le centre de tri du Sytrad, l’événement itinérant consiste en une exposition et des jeux pédagogiques (animés par les Décatalogués) autour des vertus du tri.
En fait, l’événement est surtout promu par les Eco-Emballages. Une société privée qui collecte des fonds auprès des industriels selon le volume et le type d’emballages produits et qui versent cet argent aux communes selon les quantités triées par leurs habitants. Les Eco-emballages payent une taxe (un tout petit pourcentage des produits qu’ils vendent) pour le tri et la promotion d’emballage recyclables (les fameuses pastilles vertes qu’on trouve sur tout les emballages). Ce sont donc les consommateurs qui au final payent cette taxe pour le tri (elle ne permet de financer qu’1/3 du coût de ce qui est trié alors que les industriels devraient s’acquitter de la totalité de la note comme c’est le cas dans d’autres pays européens) – en plus de celle qu’ils payent via la taxe sur les ordures ménagères.

Quand on s’y plonge un petit peu, on voit vite combien le tri est difficile et compliqué, et que les mesures élémentaires de tri (verre, papier, plastique d’un côté et le reste de l’autre) semblent en fait trop simples pour être réellement efficaces. En fait, on souhaite faire reposer le tri uniquement sur les citoyens, alors que les mesures qui contraignent les industriels sont toujours bien légères. Aujourd’hui, si 15 % du plastique seulement est recyclé, ce n’est pas tant de la faute des citoyens qui mettent de plus en plus celui-ci dans les bonnes poubelles, mais bien du fait de la trop grande variété de plastiques existants qui ne permettent pas tous d’être triés en centre de tri ni recyclés. On pourra bien éduquer tous les citoyens du monde au tri, tous les plastiques ne seront pas recyclés. Pourquoi donc continue-t-on à produire autant de verres différents ? Pourquoi continue-t-on à produire autant de variétés de plastiques ? Pourquoi les industriels continuent-ils à entourer les pots de yahourt de papier (alors qu’il faut les enlever pour les recycler) et que ceux-ci possèdent déjà un emballage en carton qui permet de faire du « marketing » dessus ? Pourquoi d’ailleurs n’oblige-t-on pas les industriels à ne produire que des pots de yahourts en verre (car pour l’instant, trier les pots de yahourts en plastique dans un centre de tri coûte trop cher par rapport au poid du pot…) ? Pourquoi continue-t-on à faire des plastiques fins d’emballages quand on sait qu’on ne sait pas les recycler ?…

Les entreprises membres d’Eco-Emballages se construisent une bonne image à peu de frais et sur le dos du consommateur qu’ils culpabilisent allégrement. Le pire, c’est que nos politiques ont plutôt tendance à les suivre plutôt qu’à les contraindre. Pour exemple, prenez l’expérience radicale menée par la Communauté de communes de la Porte d’Alsace qui a instaurée la pesée embarquée. Là-bas, les 15 000 habitants payent au poid leurs déchets. Ils sont donc devenus les rois du recyclage et mènent tout ce qui est triable aux décheteries gratuites. En 5 ans, le contenu des poubelles est passé de 400 à 80 kilos par ans et par habitants ! Un beau succès qui inspire beaucoup d’autres collectivités. Formidable me direz-vous ? Oui, en partie. Aujourd’hui, la Communauté de commune a dû faire marche arrière, car l’incinérateur local flambant neuf n’avait plus assez de matière à brûler…

Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit surtout ! Il est vital de trier nos déchets ! Mais si la pédagogie ne s’applique qu’aux citoyens, ce n’est prendre le problème que par un seul bout. Les mesures incitatives voire obligatoires pour les industriels ne sont pas suffisantes, d’autant plus que de nombreuses mesures simples pourraient être prises.
Entre les factures qui augmentent et les gestes inutiles, cela risque surtout de démotiver encore plus les citoyens.

En ligne, je vous invite à regarder, si vous les avez râté, les deux reportages que l’émission Complément d’enquête a réalisé sur le sujet le 14 juin dernier : « La guerre des incinérateurs » et surtout « Un monde en plastique ».
Quelques liens pour aller plus loin : Le ministère de l’Environnement, Centre National d’Information Indépendante sur les Déchets, Planète Eco, Action Santé Environnement

Publicités

Written by leromanais

25 juin 2004 à 8 h 57 mi

Publié dans Environnement

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. La pesée embarquée, voilà une idée qu’elle est bonne! et drôlement efficace, au point de tuer l’incinérateur! Vaste sujet. Peut-être qu’ils devraient essayer ça davantage. Est-ce réservé aux Alsaciens?

    philippe boucher

    25 mars 2005 at 6 h 28 mi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :