LeRomanais

Agir local, penser global. L’internet local à Romans-sur-Isère et ses environs (Drôme).

Combien pour le tri sélectif ?

leave a comment »


On nous présente depuis longtemps, avec force pédagogie et prosélystisme, le tri sélectif comme une panacée, un raisonnement écologique et responsable. Il est vrai que l’idée semble tenir debout : responsabiliser chacun à trier ses déchets, à séparer le verre du papier, le plastique du reste des ordures… Oui, c’est un geste responsable pour demain mais qui s’acquiert patiemment, doucement avec force pédagogie…

Etrange pourtant… On pensait qu’en accomplissant ces petits gestes du quotidien, en portant nos bouteilles de verre à la « bulle à verre », nos piles usagers au marchand de presse, nos encombrants à la décharge municipale (où tout est également trié)… On pensait qu’on allait faire à la fois un geste pour la nature et à la fois un geste pour notre porte-monnaie, espérant qu’ainsi, le coût du ramassage des ordures n’exploserait pas trop (la lettre d’information municipale de la commune de Geyssans ne disait-elle pas en juillet 2001 : « Plus on triera, moins la facture augmentera »). On le sait, le traitement des ordures ménagères est lourd. Sur le pays de Romans c’est 18 000 tonnes par an d’ordures qu’on enfouit dans la décharge de Pourcieu… Il paraît qu’elle sature et que celles qui restent sont privées et chères (voir ici à la date d’avril 2002)…
A Romans, le tri sélectif n’est pas encore généralisé sur toute la ville (on parle de tri sélectif quand chaque habitation à ses trois poubelles distinctes et que le ramassage est différencié), mais plusieurs quartiers ont déjà commencé…
Pourtant, depuis qu’on a commencé à trier, le prix du ramassage des ordures n’a cessé d’augmenter. A Romans, il vient de prendre 35 % aux derniers impôts locaux. 35 % !

Alors oui, le tri sélectif tout le monde le souhaite, tout le monde le trouve essentiel… Mais est-ce une bonne mesure d’accompagnement que d’augmenter ainsi le tarif du ramassage des ordures ?
Aujourd’hui on commence à entendre de plus en plus un discours rétrograde du type : « finalement, c’était mieux quand on triait pas » ou pire « moi c’est fini, je ne tries plus parce que non seulement c’est moi qui bosse mais en plus ça me coûte de plus en plus cher »…
Bien sûr me direz-vous, si on n’avait pas mis le tri sélectif en place, peut-être que l’augmentation aurait encore été plus élevée, mais nul n’est hélas là pour le voir. De plus en plus, on entend dire que les déchets triés feraient des miliers de kilomètres pour être retransformés et que le tri sélectif alimenterait surtout les transporteurs et les sociétés de traitement des ordures…
Je ne suis pas suffisamment spécialiste pour déméler le vrai du faux (mais peut-être que certains d’entre vous le sont et vont pouvoir nous éclairer), ce qui est sûr, c’est que le mécontentement gagne du terrain.
Dommage. Dommage parce qu’il a fallu bien des efforts et bien du temps pour mettre en place quelques réflexes de salubrité publique et de civisme… Dommage, parce que sous les à-coups de la loi du marché, toute la pédagogie patiemment inculquée risque bien de partir en fumée…

Publicités

Written by leromanais

7 novembre 2003 à 2 h 42 mi

Publié dans Environnement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :